0   Commentaires

La Bpi, Centre associé de la Cité des métiers : mise en œuvre, objectifs, modalités et après ?

Genèse : identification des besoins et benchmarking


De nombreux publics de la Bpi ont besoin d’être accompagnés au sujet de leurs questionnements professionnels ou dans leur recherche d’emploi : chômeurs, usagers en reconversion ou s’inscrivant dans une démarche de formation tout au long de la vie, personnes souhaitant créer leur entreprise, étudiants - qui selon une enquête de novembre 2015 réalisée auprès de 1800 usagers, composent à 63% le public de la Bpi -  personnes s’interrogeant sur leur future orientation, etc.
Ce constat, toujours avéré, avait déjà été formulé en 2013. Des ateliers Recherche d’emploi sur la rédaction de CV et lettres de motivation avaient été mis en place début 2013 en partenariat avec le CIDJ (Centre d’information et de documentation jeunesse) afin d’apporter un premier niveau de réponse aux demandes des usagers.En effet,  dans les questionnaires d’évaluation des ateliers Recherche d’emploi du CIDJ, les usagers demandaient des rencontres avec des professionnels et des ateliers plus diversifiés autour des thématiques suivantes : prendre confiance en soi, mettre en valeur ses atouts et ses compétences dans le monde professionnel, réussir son entretien d’embauche, mieux connaître le monde de l’entreprise, etc. Par la suite, Marie Payet, chargée d’acquisition et de médiation en droit social à la Bpi, en emploi et en formation, avait dès sa prise de poste en septembre 2013 réalisé un benchmarking, permettant de recenser les pratiques les plus pertinentes des bibliothèques en la matière et d’identifier des partenaires potentiels susceptibles d’intervenir auprès de nos usagers.

Très rapidement, la Cité des métiers (CDM) s’est distinguée comme une structure particulièrement innovante et intéressante. Organisée autour de cinq pôles thématiques : choisir son orientation ; trouver une formation ; changer sa vie professionnelle ; valider ses acquis ; trouver un emploi ; créer son activité, elle propose en effet un accueil et un accompagnement par des conseillers tout au long de la vie professionnelle ainsi qu’un programme d’ateliers qui recoupaient l’intérêt de nos usagers.Ces conseillers sont une soixantaine, soit l'équivalent de 30 temps plein. Ils  proviennent d'une douzaine d'organismes partenaires et reçoivent le public sans rendez-vous pour des entretiens de conseils personnalisés gratuits et anonymes. Des conseillers d'orientation psychologues, conseillers en formation continue, conseillers en bilan professionnel, conseillers à l'emploi ou  à la création d'activité reçoivent les usagers du mardi au vendredi de 10h à 18h et le samedi de 12h à 18h.
La CDM dispose par ailleurs d’un vaste cercle de partenaires, notamment du monde de l’entreprise, en mesure d’apporter leur expertise sur un spectre de sujets variés et pointus.
Mandala représentant l'écosystème partenarial de la Cité des Métiers

Un Centre associé fondé sur des complémentarités évidentes


Un dialogue régulier s’est noué entre nos deux entités. Nos offres de services respectives nous sont apparues très complémentaires et l’idée d’un partenariat aux bénéfices mutuels a vite germé. Pour la Bpi, ce rapprochement pouvait permettre de faciliter l’accès à davantage d’informations sur la vie professionnelle, de répondre beaucoup plus finement aux besoins accrus d’accompagnement et de médiation des usagers en lien avec l’emploi,  de toucher de nouveaux publics. De son côté, la Cité des métiers pouvait proposer à ses partenaires de tenir des ateliers dans un établissement reconnu et central, de s’adresser de la sorte à de nouveaux publics, d’orienter ses usagers vers nos ressources thématiques (bases de données comme Xerfi ou Astrée, ressources de l’autoformation, collections, etc.) et nos services spécifiques : ateliers numériques, ateliers de conversation en langues étrangères, permanences d’écrivain public, etc. Au-delà des apports pour chaque structure, le gain global était évident : faire mieux connaître nos entités à nos publics respectifs, générer des renvois de publics, créer ensemble des formules sur mesure pour les usagers et explorer à terme d’autres domaines communs à l’instar de la santé (la Cité des sciences et de l’industrie comprend une Cité de la santé qui dépend également de la Bibliothèque des sciences et de l’industrie et qui dans le futur sera intégrée tout comme la Cité des métiers au Living Lab) puis essaimer afin d’inciter d’autres bibliothèques et Cités des métiers à coopérer en France et ailleurs.
Dans ce dessein, la Bpi est devenue Centre associé de la Cité des métiers, le premier du genre dans le monde des bibliothèques. Ce partenariat s’inscrit dans le respect de la charte de la Cité des métiers : Accueillir de manière gratuite, anonyme et sans rendez-vous, dans l’esprit du service public ; Se centrer sur le besoin de la personne ; Favoriser l’écoute par un espace accueillant et valorisant ; S’adresser à tout public ; S’adapter aux besoins des habitants du territoire. Cette charte est très proche des valeurs de la Bpi et compatible avec son mode de fonctionnement. Le 5 juillet 2016, Bruno Maquart, président d’Universcience et Christine Carrier, directrice de la Bpi ont signé un protocole d’accord pour expérimenter, mettre en oeuvre et développer un Centre associé de la Cité des métiers adapté au contexte d’une bibliothèque, la Bpi.


Mode de fonctionnement et retour sur expérience


Afin de travailler le mieux possible ensemble, les collègues de la Bpi et de la Cité des métiers ont pu être sensibilisés aux pratiques professionnelles respectives de leurs collègues lors de temps dédiés. Ainsi, onze journées de sensibilisation à la Cité des métiers ont été organisées pour quarante-cinq bibliothécaires de la Bpi. La bibliothèque a proposé de son côté quatre matinées de visites et de présentation des ressources de la Bpi pour quarante-cinq conseillers et partenaires de la Cité des métiers. Ces sessions ont été très fructueuses. Les collègues ont été mutuellement enthousiasmés par les services offerts dans chaque institution. Ils en ont mieux compris la finalité et cela a concouru à une forte adhésion au projet de part et d’autre.

Un centre associé doit pouvoir délivrer un premier niveau d’accueil-information-orientation sur la vie professionnelle. L’association des deux structures est matérialisée par un kakémono, repère visuel pour le public du/des points d’information. Grâce aux journées de sensibilisation mises en œuvre à la Cité des métiers, les bibliothécaires sont en mesure de renseigner les usagers sur les ateliers tenus par les partenaires de la Cité des métiers à la Bpi et d’aiguiller les usagers vers son offre en fonction de leurs besoins. La CDM procède de même et renvoie également ses usagers vers la Bpi. Cela permet de mieux mailler les offres présentes sur le territoire et de les faire découvrir aux usagers.  
Kakémono Bpi Centre associé Cité des Métiers
Kakémono dans les espaces de la Bpi, Claire Mineur, [cc-by-sa 3.0]

Le centre associé de la Cité des métiers à la Bpi s’inscrit dans une logique d’expérimentation qui a débuté dès septembre 2015 par la mise en place de différents types d’ateliers. Ce format de médiation correspond bien à la Bpi, car nous accueillons chaque jour plusieurs  milliers de personnes, un large vivier de publics aux attentes diversifiées. Les usagers peuvent s’inscrire au préalable en ligne ou sur place sans pré-inscription.  Il est courant que les ateliers finissent de se remplir à la suite d’une annonce sonore,  « à la volée ».  Le programme des ateliers est disponible en ligne sur les sites de la Bpi et de la Cité des métiers ainsi que sur le dépliant Emploi et vie professionnelle et sur le programme mensuel de la Cité des métiers.  

Les ateliers ne sont pas livrés clé en mains, ils font l’objet d’un pré-calibrage, d’une réflexion permanente, d’un affinage de la thématique si nécessaire, notamment lors de réunions-bilans. La responsable du partenariat avec la Cité des métiers, Marie Payet, est en lien régulier avec tous les partenaires et pilote l’organisation des ateliers . La Bpi a accueilli 551 participants en 2016 dans 56 ateliers et 461 participants en 2017 sur la période de janvier à juin, dans 50 ateliers. Il y aura 86 ateliers en tout en 2017.
Les thématiques abordées sont variées : « Cultiver la confiance en soi par le théâtre pour (re)trouver un emploi », « Écrire et partager autour de son projet professionnel », « S’informer sur la validation des acquis de l’expérience (VAE) », « Portage salarial, une alternative à la création d’entreprise », « Formes alternatives d’activité, comment exercer autrement ? » « Comprendre les règles de l’entreprise pour mieux présenter sa candidature », accueil une fois par mois de « Youpi matins », sessions de co-searching pour dynamiser la période de recherche d’emploi grâce au collectif. A terme, plusieurs autres formules sont à l’étude : journées ponctuelles du type « Je réinvente ma recherche d’emploi », simulations d’entretiens d’embauche avec des professionnels du monde de l’entreprise, affiner son projet professionnel, présentation de métiers, permanences de partenaires (rédaction de CVs, lettres de motivation, etc.), conférences et ateliers créatifs, ateliers dédiés aux étudiants les aidant à mieux cerner leurs compétences et leurs valeurs dans l’univers professionnel pour mieux s’y situer, etc.


A chaque partenariat sa formule

Il existe une trentaine de Cités des métiers dans le monde et de nombreux Centres associés. Les partenariats entre Cités des métiers et bibliothèques peuvent prendre des formes diverses en fonction des spécificités des territoires, des équipements, de leurs possibilités et des gains mutuels à en retirer. Il s’agit à chaque fois d’une équation expérimentale à monter en accord avec les deux entités. Cela peut se traduire par la mise en place d’un centre associé ou des sessions thématiques ou bien d’autres formules à inventer.
Lors de la Spring School de la Cité des métiers à Porto fin mars 2017, le partenariat entre la Bpi et la CDM de Paris ainsi que les missions élargies des bibliothèques aujourd’hui ont été présentés aux Cités des métiers participant à l’évènement. Celles-ci se sont montrées très sensibles, enthousiastes et n’avaient pas une connaissance fine jusqu'alors de toute la portée de l’action des bibliothèques. Quelques-unes ont manifesté un engouement particulier et ont souhaité rapidement enclencher une démarche auprès de bibliothèques implantées dans leurs régions, à l’instar des Cités des métiers de Limoges, de Marseille ou encore du Val-de-Marne.
Une première prise de contact entre Alain Jouneau et Julien Barlier, les responsables de la Cité des métiers et de la bibliothèque à Limoges a permis de faire émerger la possibilité d’organiser, dans le réseau des bibliothèques, des "rendez-vous de la Cité" :  ateliers co-animés, expositions sur les métiers, séances cinéma-métiers, rencontres d'auteur autour de l'emploi, actions dans le cadre de la lutte contre l'illettrisme. Par ailleurs, il existe des centres associés à Brives (service info jeunesse/mairie) et à Guéret (mission locale départementale) qui pourraient également être intéressés par un travail avec des bibliothèques.
Dans la région PACA, une convention a été mise en place entre la bibliothèque de l'Alcazar et la CDM dès 2013, afin d’inviter les publics à se rendre aux ateliers savoirs de base de la CDM. En revanche, il n’existe pas encore de couverture territoriale sur les départements Alpes-de-haute-Provence (04) et Alpes maritimes (06). La CDM souhaiterait travailler avec les bibliothèques potentiellement intéressées sur ces territoires (Nice, Sofia Antipolis, Grasse, Forcalquier, Digne-les-bains, Castellane, Manosque, Château Arnoux). L’Agence Régional du Livre de PACA aidera à la mise en contact. Comme en Limousin, des centres associés existent (Gap, Martigues, Isle-sur-la-Sorgue, etc.) et vont être sensibilisés par Sébastien Garrigues (Responsable opérationnel Cité des Métiers de Marseille et de PACA) au travail en partenariat possible avec les bibliothèques.

 

 Perspectives

 
Un séminaire se tiendra à la Bpi le 10 octobre 2017 afin de mettre en présence les premières Cités des métiers et bibliothèques intéressées par des partenariats. Montreuil, la Ville de Paris et le réseau du Val de Marne ont également témoigné de leur intérêt. Outre la présentation des différentes formes partenariales existantes, les axes de développement des Cités des métiers seront détaillés : lutte contre le décrochage scolaire, mobilité internationale, transfert intergénérationnel de compétences, mixités professionnelles, etc.  L’axe de la lutte contre le décrochage scolaire et l’illettrisme constituent deux entrées possibles et assez évidentes pour les bibliothèques. Des approches "professionnalisation/développement des compétences » sont également envisageables. Un temps d'échange permettra aux acteurs d'un même territoire de réfléchir ensemble aux formules les plus pertinentes pour eux : organisation initiale retenue, axes de travail, calendrier, etc. D’autres rencontres pourront être organisées avec d’autres régions en fonction des demandes de bibliothèques comme des Cités des métiers


 
Captcha: