Le Médiabus en Ariège, numérique et ruralité
par Jean-François Chevalier, service numérique de la Bibliothèque départementale de l'Ariège

Depuis 2015, le Conseil Départemental de l’Ariège et sa bibliothèque départementale ont à cœur de faire infuser le numérique en terres ariégeoises, le Médiabus est un des outils de cette politique numérique.

L’Ariège, un département à facettes

L’Ariège est un département à multiples facettes : géographiques (plaines, vallées, haute montagne), démographiques (zones urbaines, rurales, voire isolées) et présentant de grandes disparités socioculturelles.
Son réseau de lecture publique compte 76 bibliothèques, de la petite structure gérée uniquement par des bénévoles aux médiathèques proposant collections riches et services variés. Signalons que 56 de ces bibliothèques sont organisées en réseaux intercommunaux, et gérées ou soutenues par des professionnels.
Avec le développement du numérique, de nouveaux enjeux sont apparus sur le département. Ce nouveau paradigme fait des bibliothèques un vecteur majeur de démocratisation culturelle et d’égalité d’accès à l’éducation et à la technologie.
La Bibliothèque départementale de l’Ariège (BDA) s’est fortement investie en matière de diffusion de contenus et d’inclusion numériques en complément d’une politique départementale volontariste sur la fibre avec le développement d’un plan Très Haut Débit.
Elle a la volonté de consolider l’action culturelle, l’exploitation des outils numériques et l’accompagnement des projets menés par les bibliothèques. Elle a développé son offre numérique en musique, cinéma, presse et jeux vidéo et entrepris d’amener le numérique au coeur des territoires.

Le Médiabus

En août 2015, le Conseil Départemental, soutenu par l’État, a fait l’acquisition d’un Médiabus. Ce véhicule, sorte de bibliobus connecté, équipé spécifiquement (téléviseur, box intégrée avec WIFI, câble Ethernet), autorise la mise en place d’ateliers, de démonstrations, et d’animations autour du numérique.
La grande force du Médiabus réside dans sa capacité à amener, de façon simple et efficace, le numérique au cœur de la ruralité. Sa qualité première est de donner l’opportunité à certains publics d’acquérir les prémices d’une culture dont ils ne sont pas familiers.
Des projets avec les bibliothèques et les partenaires locaux ont très tôt été mis en œuvre dans le cadre d’actions en direction du public des bibliothèques, mais aussi d’un public plus éloigné de celles-ci. Les actions (salon du livre, journées numériques en médiathèque, etc.) s’appuient toujours sur un partenariat étroit avec les bibliothèques.
Le Médiabus représente une réelle plus-value lors d’animations. Disposant d’un auvent déroulant, de transats, il peut s’installer sur la place d’un village, le parvis d’une bibliothèque ou devant une salle des fêtes et proposer un endroit accueillant et chaleureux. Ce dispositif fonctionne aisément avec deux agents pour encadrer les animations.

Photographie du Médiabus installé avec son auvent et des enfants qui jouent dans les transats
©BDA

Celles-ci consistent en jeux et applications sur tablettes, et rencontrent un grand succès en particulier auprès des jeunes enfants, des préados et leurs familles. L’initiation à la réalité virtuelle en est un autre, bien que la contrainte de l’âge (réservé au plus de douze ans) et de l’espace demande un peu d’organisation. Enfin, les jeux vidéo sur consoles restent un incontournable.
Le public touché est éclectique : adhérents des bibliothèques avec leurs enfants avides de tester jeux et matériel, néophytes du numérique n’y ayant pas accès par manque de moyens ou, vivant en zone blanche. Il est également arrivé d’accueillir des classes d’Instituts médico-éducatifs, action exigeant un travail d’encadrement et de partenariat spécifique avec les éducateurs. Un bémol, cependant, avec la quasi-absence des séniors sur ces animations, un sillon qui reste encore à creuser.
En règle générale, les animations avec le Médiabus sont très appréciées et les demandes régulières (essentiellement pendant la belle saison). Néanmoins, le tableau serait incomplet sans évoquer quelques accueils qui ont pu être parfois méfiants, voire « hostiles ». Certains milieux, héritiers d’une culture néo-rurale, plutôt rétifs au numérique, refusent, de facto, que leurs enfants participent aux animations. Cela demande un travail de médiation pour expliquer notre démarche, simple proposition à la découverte, l’initiation, à mille lieues de la croisade ou du prosélytisme numérique acharné. Généralement, cela se termine bien et les enfants finissent par rester toute la journée, certains parents « oubliant » même de les récupérer pendant la pause méridienne.
En conclusion, le Médiabus se pose comme un excellent outil de démocratisation et de promotion du numérique en territoire rural, simple à déployer, visible et attrayant. Outil numérique, certes, mais permettant convivialité, échanges et vivre ensemble.

Publié le 05/01/2021 - CC BY-SA 4.0

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments