Le déconfinement des bibliothèques francophones de Belgique : un protocole adaptable aux réalités locales
par Diane Sophie Couteau

Diane Sophie Couteau est directrice au Service de la lecture publique de la fédération Wallonie-Bruxelles. 

Infographie Déconfinement en Belgique


En Belgique francophone, confinement et déconfinement sont deux termes qui font largement partie des préoccupations des bibliothécaires. Il est inutile de rappeler les difficultés auxquelles le monde doit actuellement faire face. Pour lutter contre cette pandémie, les bibliothèques du plat pays tant académiques, publiques que spécialisées ont apporté une réponse globalement similaire. Elles ont été contraintes de restreindre fortement l’accès à leurs collections ou de fermer complètement pour privilégier le respect des normes sanitaires. 

Mais ce n’est pas pour autant qu’elles ont cessé complètement leurs activités. Une enquête menée par le Service de la lecture publique auprès du réseau a révélé que la plupart d’entre elles continuaient à mettre leur savoir-faire et leurs connaissances au service de la population en mettant en place des actions adaptées à cette période compliquée. La période est également propice à la gestion des collections toujours dans une volonté d’aménager une offre de qualité répondant aux attentes du public. 

Après de nombreux jours de fermeture, les bibliothèques publiques gardent un rôle capital à jouer :  elles devront assurer et assumer pleinement leur position de troisième lieu de vie et offrir au public un cadre de détente, de discussion.  Mais surtout renouer des liens sociaux qui se seront brisés au cours de cette période. 

Au cours du confinement, le Service de Lecture publique était bien conscient qu’il était important de prévoir petit à petit  une procédure de déconfinement. Mais pas tout seul, la réflexion partie du terrain devait se faire avec les bibliothécaires. Un nombre impressionnant de questions sont parvenues au Service de la lecture publique. Elles étaient très variées mais touchaient surtout à la sécurité tant du personnel des bibliothèques que des différents usagers. La question de la survie du virus sur les différents types de matériaux  et des possibilités de désinfection, de la pose de plexiglas de protection, du nombre de personnes à autoriser pour respecter les mesures de distanciation sociale, la question cruciale du port obligatoire ou non du masque et des moyens d’en obtenir…sont autant d’éléments pour lesquels il fallait trouver à tout le moins des pistes de réflexion à défaut de solutions.  
C’est pourquoi un groupe de travail,piloté par le Service de la Lecture publique, comprenant des bibliothèques locales avec des réalités et des tailles différentes, s’est mis en place  afin de proposer un plan de déconfinement réaliste et surtout adaptable à chaque réalité. Il réunissait également des membres des cabinets des ministres du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles,  des invités d’autres secteurs, un représentant des libraires, de Point culture et de la Bpi.

La première séance s’est déroulée le 23/04/2020, la seconde le 27/04/2020. Il en est résulté la création d’un protocole envoyé rapidement vers les bibliothèques. Sa particularité : il consiste en une série de propositions  tant dans l’organisation du travail que d’un échéancier qui pourra être adapté en fonction de chaque situation particulière. 

Le découpage en étapes permettra de revenir à l’étape précédente en cas de nouveau sursaut de l’épidémie. Pas question d’imposer une règle commune à l’ensemble du réseau : ce dernier est le reflet et la juxtaposition de spécificités locales qui ne permet pas de régler tous les problèmes d’une seule voie. Chaque bibliothèque pourra adapter le protocole eu égard à ses spécificités locales tant au niveau de l’infrastructure, que du personnel. La règle la plus importante qui sous-tend l’ensemble comprend surtout la protection des personnes, bibliothécaires et usagers. 

ETAPE TRANSVERSALE: RETOUR DES LIVRES

De nombreux livres sont actuellement prêtés. Constats différents selon les opérateurs : pour certains, c’est la quantité des retours qui doit être gérée. Pour d’autres, il est nécessaire d’organiser les retours pour ré-achalander les collections. 

Différentes précautions sont donc évoquées : 
  • Phasage du retour avec les usagers, en fonction des dates d’emprunt : établir un calendrier concerté entre les usagers et la bibliothèque afin d’organiser les retours, ou à défaut, prolonger les livres. 
  • Chaque bibliothèque peut établir son propre calendrier des retours suivant les conseils prévus ci-dessous : 
    • Consigne générale : manipulation avec gants, conservation des livres en « quarantaine » au minimum 3 jours.
    • Consignes supplémentaires : désinfecter les couvertures plastifiées. 
Considérations pratiques : 
  • Donner un accès limité à un local pour le retour : dépôt du/des livre(s) par le lecteur ;
  • Retour uniquement via les boîtes de dépôt (pour les bibliothèques qui en ont) ;
  • Utiliser les locaux habituellement accessibles au public pour y organiser le dépôt ;
  • Location de lieux dédiés au dépôt des retours ;
  • Tenir compte des équipes et rythmes de travail pour organiser le calendrier.
Le premier retour sera plus difficile à organiser. Une fois la cadence acquise, ce sera vraisemblablement plus simple.  Cette étape peut être couplée aux étapes suivantes en fonction des réalités de travail. 

ECHEANCE : 04/05

ETAPE 1 : GÉNÉRALISATION D’UN SYSTÈME À EMPORTER 

Réservations des livres par téléphone ou voie électronique uniquement
La bibliothèque prépare la commande (dans le respect des mesures évoquées plus haut). 
L’enlèvement se fait sur RDV ou dans le respect des mesures générales évoquées plus haut (accès limités, protections individuelles).
Le système d’amendes est suspendu jusqu’au retour d’un rythme acceptable. 

ECHEANCE : en cours


ETAPE 2 : RÉOUVERTURE DES BIBLIOTHÈQUES AU PUBLIC (Collections)

En fonction des mesures générales, ouvrir les lieux de manière progressive.

Une date générale de réouverture au public est décidée afin d’éviter les déplacements des publics (d’un lieu fermé vers un lieu ouvert).  Les grosses structures disposant d’équipements et d’espaces plus adaptées pourraient ouvrir en premier.
Les plages horaires d’ouverture sont laissées à l’appréciation de l’opérateur et pourraient évoluer graduellement en fonction de la situation. 
Le système à emporter peut continuer à exister en parallèle en fonction des besoins et réalités de terrain. 

ECHEANCE : 11/05

Les salles de lecture, les EPN, les salles d’animation restent fermées jusqu’au 1er septembre minimum. 
 

ETAPE 3 : RÉOUVERTURE DES BIBLIOTHÈQUES AU PUBLIC (Salles)


Les salles de lecture, EPN, salles d’animations sont ouvertes au public. 
Un protocole sera déterminé afin d’assurer cette étape dans les meilleures conditions possibles. 

Les mesures générales restent d’application.
Échéance possible : 1er septembre
 

ETAPE 4 : REPRISE DES ANIMATIONS

La reprise des animations est prématurée à ce jour. Les équipes mettent en place des solutions alternatives, disponibles en ligne ou via d’autres canaux afin de garder un contact avec ses publics. 
Les mesures pour la reprise d’animations avec des petits groupes circonscrits sont à préciser pour garantir la sécurité sanitaire des usagers et du personnel. 
Un protocole sera déterminé afin d’assurer cette étape dans les meilleures conditions possibles. 
Les mesures générales restent d’application.
Échéance possible : 30 septembre 


Gestion des écoles

Les bibliothèques sont inaccessibles aux classes jusqu’au 30 juin. Par contre, les écoles peuvent s’organiser avec la bibliothèque pour avoir accès aux collections. 

Suggestion de mesures préventives : 
  • Réservations par voie téléphonique ou électronique ;
  • Enlèvement par un enseignant relais pour sa classe.  
Dispositions spécifiques :

Bibliothèques itinérantes : 

Les services itinérants type « bibliobus » sont suspendus jusqu’au 1er septembre. En effet, les véhicules (espace restreint) ne peuvent garantir les mesures de distanciation, tant pour le personnel que pour les usagers. 
Par contre, l’itinérance peut être organisée autrement afin de garantir un accès aux livres dans les zones les plus reculées et non-desservies par un opérateur direct (avec une priorisation progressive). 

Livraison à certains points ou personnes relais ;
Livraison à domicile ;
Gestion de commandes et retours ;
Etc.

Échéance : 30/06

Voici le lien vers la circulaire de la ministre de la culture

 

Publié le 29/04/2020 - CC BY-SA 4.0

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet