Appartient au dossier : Confinement : la situation des bibliothèques à l’international

La Mediateka Arduraduna (Bilbao) au temps de l’épidémie de Covid-19
par Alasne Martin Goïcoechea

Alasne Martin est responsable de la Mediateka  Arduraduna (Bilbao) dans le Centre Azkuna Zentroa.  Elle  répond à quatre questions sur l’organisation mise en place dans son service depuis le début du confinement.

Mediateka Arduraduna©Azkuna Zentroa


Peux-tu décrire la structure dans laquelle tu travailles ?

L’ Azkuna Zentroa est un centre axé sur la société et la culture contemporaine situé dans le centre-ville de Bilbao (Biscaye, Pays Basque).
Doté d’une surface de plus de 43 000 mètres carrés, il comprend une salle d’expositions, des cinémas, un espace de restaurant et cafétéria, une grande place centrale couverte… et 3 bâtiments à l’intérieur qui accueillent un centre d’activité physique (piscine, centres de fitness, etc.) de 10 000 mètres carrés, un bâtiment destiné à la programmation culturelle qui est un laboratoire de création artistique abritant plusieurs résidences en lien avec certains axes stratégiques du centre (l’art contemporain, la danse, …) et la Mediateka avec plus de 4 000 mètres carrés répartis sur 3 étages qui dispose d’une collection pluridisciplinaire de plus de 70 000 volumes sur différents supports (imprimé, audiovisuel, …) et en accès libre.

Le centre ouvre ses portes tous les jours de l’année (y compris pendant les fêtes de Noël, le 1er mai, …) 365 jours par an. Pour sa part, la Mediateka est ouverte au public du lundi au vendredi de 9h à 21h, le samedi de 11h à 21h et les dimanches et jours fériés de 10h à 14h, soit un total de 74 heures hebdomadaires. Elle enregistre en moyenne 1 500 accès par jour et un volume de prêts de l’ordre de 500 par jour,. Elle propose 40 ordinateurs à usage public, une connexion WIFI, un programme d’activités en lien avec l’illustration, la lecture, un soutien à la programmation du centre (art contemporain, cultures numériques, cinéma et audiovisuel…) en suivant les lignes stratégiques définies par celui-ci.

Le personnel de l’Azkuna Zentroa est composé de 17 personnes bien que le nombre total de travailleurs rattachés à différentes entreprises prestataires de services au sein du centre (sécurité, nettoyage, entretien…) soit de l’ordre de 300 personnes. 

En pratique, à la Mediateka, nous sommes 2 personnes à faire partie de l’équipe de l’Azkuna Zentroa et 24 autres personnes sont rattachées aux entreprises prestataires de services en lien avec le processus technique de la collection (catalogage, classification, gestion archivistique…) et avec l’accueil, l’accompagnement, l’aide, l’orientation et la médiation aux usagers dans l’usage de la collection, des services et des activités de la Mediateka. 

Actuellement, quelles sont les urgences organisationnelles et humaines auxquelles tu dois répondre ? Si du télétravail est mis en place, cela pose-t-il des difficultés ? Quelles sont les autres complexités auxquelles tu dois faire face ?

Actuellement, le personnel de l’Azkuna Zentroa dont je fais partie est en télétravail. Il en est de même pour le personnel du processus technique.
En tant que membres du personnel de l’Azkuna Zentroa chargés de la planification et de la gestion de la Mediateka, notre travail porte davantage sur la définition de stratégies et de plans de développement des collections, les services, les activités, le lien avec la programmation générale du centre… En outre, la Mediateka est actuellement en période de réflexion et d’adéquation aux lignes stratégiques établies par la nouvelle direction du centre qui se définit comme centre de société et culture contemporaine. 

Dans le cas du processus technique, bien que limités à la réalisation des travaux d’épuration et de révision du catalogue, nous pouvons dire que les missions se déroulent « normalement ». 

Par ailleurs, nous sommes en relation permanente avec les services de Programmation et Communication pour l’inclusion de la liste de propositions sur le site web du centre concernant les activités où nous pouvons apporter du contenu et de la valeur ajoutée à la thématique programmée.

Les appels d’offres publics de prestation de services qui ont été lancés prévoyaient que dans le cas du processus technique, l’entreprise adjudicataire devait mettre à disposition du personnel l’équipement technique pour réaliser les tâches associées au processus physique et technique de la collection et des archives. 
Dans le cas de la prestation de services aux usagers, la dotation de l’équipement technique pour la mise en œuvre des services présentiels et virtuels de la Mediateka incombe la plupart du temps à l’Azkuna Zentroa. Il est donc plus compliqué de mettre en place des tâches alternatives à l’assistance, l’accueil, l’accompagnement, l’orientation, la médiation et l’intervention avec les usagers. 
Les personnes prestataires de services d’accompagnement aux usagers développent actuellement des projets d’activités pour leur éventuelle mise en place dans les mois à venir. En ce sens, leur tâche est plus compliquée dans la mesure où elles doivent faire appel à leurs ressources techniques et toute l’équipe ne possède pas l’équipement nécessaire pour pouvoir télétravailler dans de bonnes conditions. 

Quelle communication avez-vous adoptée pour le public et quels services proposez-vous actuellement ? Quels aménagements ont-ils été nécessaires?  

La communication avec les usagers se passe par l’intermédiaire des canaux télématiques et téléphoniques. Toute la communication est intégrée dans la communication générale du centre. À noter les particularités de la Mediateka où, par exemple, le prêt à domicile a été étendu jusqu’au 4 mai et notifié à la base de données des usagers du centre. 
Nous travaillons spécialement les recommandations de lecture sur matériels numériques à disposition dans la plateforme E-liburutegia (plateforme de téléchargement de livres électroniques opérationnelle au Pays Basque) et les recommandations de films dans la plateforme E-film similaire à la précédente mais avec des ressources audiovisuelles.
L’ensemble des différentes propositions qui sont mises en place par le centre concernent notamment des activités déjà réalisées. À la Mediateka, l’accent est placé sur les propositions de lecture et nous mettons en valeur certaines conversations qui ont eu lieu dans le cadre du Festival International des Lettres de Bilbao – Gutun Zuria. D’ailleurs, une nouvelle édition allait se tenir ces jours-ci, dont la thématique était l’essai. Non pas seulement comme genre littéraire, mais comme ébauche, épreuve, brouillon… et en montrant une fois de plus la relation entre le système de l’art et ses manifestations artistiques et le système du mot.

As-tu un conseil à partager avec les collègues bibliothécaires en ces temps particuliers ?

Je pense que le moment est propice pour réfléchir à des aspects comme :

  • Élaborer des propositions d’activités pour les personnes en risque d’exclusion numérique
  • Définir et créer de nouveaux modèles de présence  virtuelle des bibliothèques ainsi que des contenus plus collaboratifs et en lien avec les acteurs culturels de différentes manifestations artistiques (danse, arts visuels, cultures numériques, le mot et ses différentes expressions…)
  • Former des équipes de service aux usagers lorsque ceux-ci ne sont pas présents : gestion et développement de méthodologies et méthodes de travail pour les environnements numériques
  • S’intéresser davantage à notre environnement proche, notamment au développement d’initiatives locales.

Mais surtout, je pense que le moment est venu de réfléchir à ce que nous sommes et à ce que nous voulons être lors de notre retour à « la normale », où rien ne sera plus comme avant, et au besoin d’espaces universels, d’accès libre, gratuits et sans aucune sorte de discrimination. Les espaces proposant des services et activités pour tous les âges et toutes les communautés de publics vont gagner du terrain compte tenu de la récession économique qui nous guette.

Publié le 07/04/2020 - CC BY-SA 4.0

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet