Appartient au dossier : Confinement : la situation des bibliothèques à l’international

La Bibliothèque municipale d’Iraklio (banlieue d’Athènes) au temps de l’épidémie de Covid-19
par Maria Papaefthymiou

Maria Papaefthymiou est bibliothécaire à la bibliothèque municipale d’Iraklio, dans la banlieue d’ Athènes. Elle répond à quatre questions sur l’organisation mise en place dans son service depuis le début du confinement.

Espace jeunesse de la bibliothèque municipale d'Iraklio
Bibliothèque municipale d’Iraklio©Maria Papaefthymiou

Peux-tu décrire la structure dans laquelle tu travailles? 

C’est une bibliothèque municipale d’une ville de 60.000 habitants dans la banlieue d’Athènes. Elle est ouverte tous les jours de 9 heures à 15 heures.  Le  lundi et le mercredi, elle est ouverte jusqu’à 20 heures.  Nous sommes 3 bibliothécaires.

Actuellement, quelles sont les urgences organisationnelles et humaines auxquelles tu dois répondre ? Si du télétravail est mis en place, cela pose-t-il des difficultés ? Quelles sont les autres complexités auxquelles tu dois faire face ?

Dans un premier temps, tout le monde a été terrifié puis il a fallu s’adapter aux nouvelles conditions de travail, avant d’être créatif. Ensuite, on s’est rendu compte que la situation était grave et serait longue ce qui nous fait prendre conscience de l’opportunité de travailler autrement.  
Nous nous sommes alors organisés et nous avons redéfini les priorités : 

  • intensifier la communication par email et Facebook,
  • ​proposer des activités à la maison, 
  • encourager notre public,
  • consacrer plus de temps au catalogage et à la classification.

Quelle communication avez-vous adoptée pour le public et quels services proposez-vous actuellement ? Quels aménagements ont-ils été nécessaires ?

La communication se fait par email et Facebook principalement. Nous sommes en collaboration avec la Bibliothèque Nationale de Grèce qui propose des activités pour les enfants et offre une grande collection des livres électroniques pour adultes et enfants.  Nous créons de petites vidéos en lisant des livres pour les enfants.
Nous proposons des bibliographies par thématiques spécialisées que nous mettons à jour. Au-delà de ces activités,  notre travail consiste à trouver des ressources susceptibles d’intéresser notre public : livres et lectures en ligne, visites virtuelles aux musées, cours de langue, etc. Heureusement,  les écrivains et les éditeurs sont très actifs; ils lisent des livres,  ouvrent les éditions électroniques, offrent  des oeuvres pour le public.

As-tu un conseil à partager avec les collègues bibliothécaires en ces temps particuliers ?

Je crois que le plus important est de ne pas perdre la communication et la relation avec notre public. Le message que nous faisons passer est : “C’est vrai que la bibliothèque est fermée, mais nous sommes ici pour vous, nous préparons des nouveaux livres pour vous, nous vous proposons des choses à faire et à lire pendant le confinement et nous attendons vous accueillir dès que cette “aventure” sera terminée!”

Publié le 17/04/2020 - CC BY-SA 4.0

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet