Thématiques : Musique

Electro sessions

Public cible : Tout public

Objectif de l'action :

  • Faire découvrir les musiques électroniques et leur histoire
  • Proposer un événement festif ouvert à tous
  • shakers en séries et de différentes couleurs, comme un travail de Warhol
    Visuel du mois Electro Sessions, © Bibliothèques de Montreuil

Description de l'action :

Depuis les années 1980, les musiques électroniques n’en finissent pas de se régénérer, portées par des créateurs qui disposent de millions de nouveaux sons potentiels et des machines dont les mémoires n’ont cessé de se développer. La bibliothèque de Montreuil a souhaité faire découvrir les origines et la richesse de ces musiques par une programmation, pendant un mois, d’exposition, conférences musicales, ateliers, concerts et DJ sets, couronnée par un évènement festif intitulé “La Nuit remue”.

Périodicité de l'action :

Evènement unique

Moyens humains et techniques :

Outre les moyens propres à une programmation culturelle habituelle (conférenciers, artistes…), l’organisation de la soirée de clôture nécessite de recourir à :

  • une société d’agents de sécurité ;
  • la Protection civile pour l’encadrement médical ;
  • la location de matériel de sonorisation et de lumière (si la bibliothèque n’en possède pas) ;
  • des techniciens son et lumière (si personne dans l’équipe ne possède ces compétences) ;
  • un prestataire pour tenir la buvette et sa caisse (cela peut être une association).Pour les besoins de communication, des moyens peuvent également être recherchés à l’extérieur pour ce qui concerne la conception graphique, l’impression et la diffusion.

Enfin, la présence d’agents de la bibliothèque étant requise tout au long de l’évènement, des heures supplémentaires sont à budgéter.

Budget :

Postes obligatoires :

  • Heures supplémentaires des agents de la bibliothèque
  • Prestations des agents de sécurité
  • Défraiement de la Protection civile (association)
  • Cachets des artistes

Postes éventuels, selon compétences et moyens techniques de la bibliothèque :

  • Location de matériel : son et lumière
  • Prestations des techniciens

Mise en oeuvre :

L’objectif principal étant de faire découvrir ou redécouvrir les musiques électroniques, il était important de varier les propositions, à la fois sur le fond et sur la forme, et de s’adresser à tous les publics. Ainsi, les activités didactiques ont côtoyé des événements plus festifs.
La programmation du mois a alterné conférences, concerts et ateliers :

  • conférence musicale sur les précurseurs de la musique électronique ;
  • conférence musicale sur les différents styles de musique électronique ;
  • concert de pop électro et de trip hop, par un groupe montreuillois, Himiko ;
  • DJ set d’un artiste montreuillois, Black Sifichi ;
  • ateliers de circuit bending, pour faire de la musique à partir de jouets électroniques.Tout au long de la programmation, une exposition de pochettes de disques de musique électronique a été visible dans les locaux de la bibliothèque.

Enfin, le mois Electro Sessions s’est terminé par une soirée et nuit dans la bibliothèque : La Nuit remue . La soirée a commencé par la rencontre avec Anne-Laure Jaeglé. Organisatrice de raves à Berlin et autrice de Demande à la nuit, publié peu de temps auparavant aux éditions La Ville brûle, cette dernière a lu des extraits de son livre pendant que ses paroles étaient mixées en musique. La nuit a ensuite été animée par 6 DJ, dont Anne-Laure Jaeglé et des jeunes DJ montreuillois,  qui se sont relayés de 22h à 5h29, heure du premier métro.

Communication :

Afin de mieux communiquer, une page Facebook spécifique a été créée. Pendant tout le mois Electro Sessions, chaque jour, un titre de musique électronique a été publié sur cette page . L’animation de cette page Facebook est primordiale pour son efficacité. Des compétences de community manager peuvent être requises pour l’occasion.
Par ailleurs, des flyers et affiches ont été diffusés dans de nombreux lieux de la scène électro montreuilloise et parisienne. Ces lieux n’étant habituellement pas des lieux de communication de la bibliothèque, une démarche spécifique a été nécessaire.
La nuit électronique a fait l’objet d’un article dans Le Parisien.

Photographie des participants à Atelier de circuit bending à la bibliothèque Colonel-Fabien
Atelier de circuit bending à la bibliothèque Colonel-Fabien
© bibliothèques de Montreuil

Résultat et perspective :

Résultats :

  • L’ensemble de la programmation a permis de toucher des publics très différents, tant en termes d’âge que de centres d’intérêt. Ces différents publics se sont retrouvés lors de la nuit électronique. Cette dernière a permis, de plus, de faire venir à la bibliothèque des publics qui ne s’y rendaient habituellement pas. Même s’il n’est hélas pas possible de déterminer dans quelle mesure ces personnes sont revenues à la bibliothèque par la suite, on peut toutefois considérer que cet événement a contribué à changer l’image de la bibliothèque et à la rendre plus accessible.
  • La soirée s’est déroulée sans incident et les personnes présentes ont montré leur satisfaction envers cet événement inattendu. Nous estimons que 1500 personnes sont venues faire la fête à la bibliothèque.
  • Du point de vue de l’équipe de bibliothécaires, l’organisation de l’ensemble du mois a permis de faire travailler les différents secteurs ensemble, même si le secteur Musique a été l’organisateur principal.
  • Ce type de programmation est reproductible avec d’autres styles de musique (soul, disco, rap…), l’idée principale étant de décliner différents événements de formes variées (conférences, ateliers, pour tous les types de publics…) avant d’aboutir à un événement festif qui rassemble tout le monde et attire des publics peu habitués à la bibliothèque.

Points de vigilance :

Même s’ils n’ont pas eu besoin d’intervenir, la présence des agents de sécurité et de la Protection civile est essentielle pour assurer le bon déroulement de la soirée. Les agents de bibliothèque à eux seuls ne peuvent se charger de l’encadrement d’un tel rassemblement.
Par ailleurs, la buvette est un élément clé de la soirée. Elle nécessite l’obtention d’une Licence II (par un arrêté municipal) pour pouvoir vendre de l’alcool, ainsi que la présence d’une association pour tenir la buvette et encaisser le prix des consommations.

Publié le 11/09/2020 - CC BY-SA 4.0