Thématiques : Allophones - Collections

Atelier de conversation au musée

Public cible : Public apprenant le français (niveau intermédiaire) - Public migrant

Objectif de l'action :

  • L’objectif premier est de parler en français : de couleurs, de formes, d’émotions aussi parfois. L’objectif est donc tout d’abord linguistique.
  • L’objectif second est de donner l’occasion aux usagers de la Bpi de rencontrer les collections du Centre Pompidou.

Description de l'action :

Les ateliers de conversation au musée s’inscrivent dans le cadre des ateliers de conversation en FLE de la Bpi et s’adressent donc aux participants habituels de ces ateliers.
Ils sont annoncés dans les flyers et sur le site de la Bpi. On en parle aussi dans les ateliers précédents.
Chaque petit groupe (limité à 15 personnes) est accompagné d’un bibliothécaire et d’une conférencière et visite une salle ou découvre un parcours d’œuvres.
Les œuvres rencontrées servent de prétexte pour parler en français.
Cela peut se faire sous forme de jeu : quelqu’un décrit par exemple une œuvre à des participants qui doivent la reconnaître dans une salle.
Cela peut aussi consister pour chacun à dire pourquoi il aime ou, au contraire, n’aime pas telle ou telle œuvre.

Périodicité de l'action :

(à partir de septembre 2018) 2 fois par mois, le 2ème et le 4ème vendredi de chaque mois à 16h

Moyens humains et techniques :

Pour l’instant : 4 bibliothécaires et 2 conférencières

Mise en oeuvre :

Le.la bibliothécaire  et la conférencière préparent l’atelier en amont.
L’atelier dure 1h30.
Les inscriptions  ont lieu ¼ d’heure avant le début de l’atelier au bureau Autoformation, à la Bpi. Puis le ou la bibliothécaire avec la conférencière accompagnent les participants jusqu’au musée.

Résultat et perspective :

visiteurs face à un tableau
©Manuel Braun

Ces médiations avaient commencé dès 2015 de manière épisodique. Elles se sont pérennisées en mars 2018 à la demande du Centre Pompidou. Nous avons commencé par 1 séance par mois puis, suite au succès rencontré, avons décidé de passer à 2 séances par mois dès septembre prochain. Les participants ne savent pas toujours à l’avance qu’il va s’agir d’un atelier au musée et pensent assister à un atelier de conversation classique mais semblent toujours satisfaits de cette proposition différente. Nous avons constaté très peu d’abandon ou de déception. Au contraire, les participants notent à la fin de l’atelier la prochaine date afin de revenir spécifiquement pour cela. Les groupes sont très hétérogènes et beaucoup des participants ne connaissent pas bien l’univers des musées. Le fait de partager la parole entre bibliothécaires et conférenciers est très enrichissant : « moins confortable mais plus vivant ». Il demande aussi plus de travail en amont car le binôme se rencontre toujours avant  pour préparer la séance. ll est envisagé à l’avenir de proposer aussi des ateliers au musée dans d’autres langues (anglais, espagnol, arabe…) mais pour le moment, cela pose encore des questions organisationnelles. Il est question également de les ouvrir davantage aux groupes du champ social, peut-être sur rendez-vous le matin.

Publié le 27/07/2018

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet