Revivez la journée d’étude « Accessibilité et handicap en bibliothèque : vers une organisation pérenne »

La journée professionnelle Handicap 2021 s’est déroulée à la Bpi et au Centre Pompidou mardi 23 novembre.

Matinée de la journée d’étude

Après-midi de la journée d’étude



La journée d’étude « Accessibilité et handicap en bibliothèque : vers une organisation pérenne » s’est déroulée dans la petite salle du Centre Pompidou mardi 23 novembre 2021. Elle a été organisée par la Bibliothèque publique d’information (Bpi), le Service du livre et de la lecture (ministère de la Culture, Direction générale des Médias et des industries culturelles), le Département diffusion des connaissances et documentation (ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation) et l’Association des bibliothécaires de France (ABF).

L’accès au Centre Pompidou est soumis à la présentation du pass sanitaire.

La journée d’étude est interprétée en langue des signes française (LSF) et sous-titrée en simultané.

Cet événement a été également diffusé en direct en ligne sur le site professionnel de la Bpi et sur la page facebook, Bpi pour les professionnels avec l’interprétation LSF et le sous-titrage simultané.

Visuel interprétation LSF

Le rapport de l’IGÉSR intitulé La prise en compte des handicaps dans les bibliothèques de l’enseignement supérieur et dans les bibliothèques territoriales (février 2021) montre les progrès réalisés en matière d’accueil des personnes en situation de handicap au sein des bibliothèques mais surtout le chemin qui reste à parcourir.

En effet, le cœur des missions, qui est l’accueil de tous les publics, implique que les bibliothèques organisent leurs services afin que les personnes en situation de handicap bénéficient de l’accès à la culture, à la lecture et à la documentation tout en participant à la vie citoyenne. La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a renforcé l’obligation d’adaptation de l’environnement, qu’il soit physique, intellectuel ou numérique. Face à la complexité des enjeux qui va croissant, les bibliothèques ne peuvent plus se reposer seulement sur l’investissement de bonnes volontés au sein des équipes : c’est une réponse structurelle et institutionnelle qui s’impose.

L’action de trois leviers paraît nécessaire pour garantir la mise en œuvre d’une démarche globale : la formalisation, l’identification et la formation. La formalisation du projet d’établissement pour engager la politique de la bibliothèque de manière officielle, reconnue et acceptée ; l’identification afin de désigner les référents handicap au sein des équipes ; la formation dans le but de sensibiliser et acquérir les compétences nécessaires à la maîtrise de l’approche humaine et des sujets techniques.


PROGRAMME

9h : Accueil café

9h30 : Ouverture de la journée d’étude

Christine Carrier, directrice générale de la Bibliothèque publique d’information,

Jérôme Belmon, chef du département des bibliothèques, Service du livre et de la lecture, DGMIC, ministère de la Culture,

Odile Contat, cheffe du département diffusion des connaissances et documentation, ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation,

Hélène Brochard, secrétaire adjointe de l’ABF, directrice de la médiathèque de Villeneuve d’Ascq.

10h – 11h20 : La formalisation ou comment engager la bibliothèque officiellement

Table ronde introduite par Olivier Caudron, inspecteur général de l’Éducation, du Sport et de la Recherche (IGÉSR) et animée par Françoise Fontaine-Martinelli, ABF.

Fabrice Boyer, directeur du réseau des BU de l’université Clermont-Auvergne,

Corinne Sonnier, directrice de la bibliothèque départementale des Landes,

Albane Lejeune, coordinatrice lecture publique et chargée de développement des politiques culturelles, Saint-Brieuc Armor agglomération.

11h20 – 11h30 : intermède

11h30 – 12h50 : l’identification ou la répartition de la mission handicap au sein des équipes, quelle(s) formule(s) ?

Table ronde introduite par Olivier Caudron, inspecteur général de l’Éducation, du Sport et de la Recherche (IGÉSR) et animée par Vanessa van Atten, Service du livre et de la lecture, DGMIC, ministère de la Culture.

Catherine Vosgien, responsable espaces jeunesse et braille, référente handicap de la médiathèque d’Antony,

Samia Khelifi, responsable de la médiation avec les publics et des emplois étudiants, bibliothèque de Sciences Po et Christine Daoulas, responsable de la mission handicap de Sciences Po.

Guillaume Diaz, responsable bassin de lecture Pays du Centre-Ouest Bretagne, responsable publics empêchés, bibliothèque départementale du Finistère.

12h50 – 14h15 : pause déjeuner

14h15 – 15h30 : quels contenus et quels parcours pour la montée en compétence ?

Table ronde introduite par Olivier Caudron, inspecteur général de l’Éducation, du Sport et de la Recherche (IGÉSR) et animée par Hélène Kudzia-Pinto da Silva, responsable du Pôle Lire autrement, médiathèque Marguerite Duras, ville de Paris.

Frédéric Duton, responsable du services des ressources informatiques documentaires, chargé de la coordination de la formation des usagers, SCD Poitiers,

Claire Burghgraeve, responsable du service formation/bibliothèques et lien social, Savoie-biblio,

Sophie Gonzalès, directrice du Centre de formation aux carrières des bibliothèques Bretagne-Pays de la Loire (CFCB).

15h30 – 15h40 : déplacements vers les ateliers dans la Bpi.

15h40 – 16h45 : Ateliers de co-construction : venez avec vos questions et trouvons ensemble des solutions !

15 participants maximum par atelier – inscription obligatoire.

La formalisation

Atelier 1 : Monter un projet « accessibilité », oui, mais par quoi commencer ? ( COMPLET)

Hélène Brochard, directrice de la médiathèque de Villeneuve d’Ascq

Comment construire un projet sur mon territoire, connaître mon public et convaincre élus et équipes ?

Atelier 2 : Comment faire ensemble pour créer et faire vivre un écosystème accessible ?

Laurence Favreau, directrice de la bibliothèque départementale du Val d’Oise

Co-construire avec les professionnels, encourager le partage d’expériences et de compétences, dialoguer avec les autres services de la collectivité et les élus, identifier les partenaires locaux (ou non !) et les opportunités, évaluer et valoriser les actions engagées en réfléchissant les projets à l’échelle d’un territoire… Autant de pistes accompagnées par une bibliothèque départementale, autant de clés pour réussir son projet et l’inscrire dans la durée.

L’identification

Atelier 3 : Constituer une équipe de référents handicap : comment s’y prendre ?

Frédéric Duton, responsable du service des ressources informatiques documentaires, chargé de la coordination de la formation des usagers, SCD Poitiers

Les bonnes pratiques pour constituer une équipe, identifier les agents et aussi que les étudiants en situation de handicap puissent le faire ; comment animer cette équipe ?

Atelier 4 : Le rôle du médiateur « accessibilité » : quel positionnement au sein des services ? L’exemple des Champs Libres. (COMPLET)

Rémi Nouvène, médiateur, service médiation et accessibilité, bibliothèque des Champs-Libres, Rennes

Au sein d’une équipe mixte médiation (éducation aux médias et à l’information, patrimoine…) et accessibilité récemment mise en place, comment les missions s’articulent-t-elles ? Quels bénéfices l’accessibilité retire-t-elle de cette organisation ? Quelles évolutions au niveau des services rendus aux usagers en situation de handicap ce changement impulse-t-il ? Quelles sont les implications au niveau des collègues des autres services ?  

La montée en compétences

Atelier 5 : Quelles formations pour les publics en situation de handicap ?

Anne Gourhant, responsable-adjointe des services au public des BU Éducation Lyon 1 et Anne-Christine Collet, chargée de la mission qualité et de la formation continue, bibliothèque universitaire Lyon 1.

Et en regard, quelles compétences nécessaires les bibliothécaires doivent-ils acquérir pour former les publics en situation de handicap ? L’exemple de la BU de Lyon 1 et du travail effectué avec les étudiants de l’institut de formation en masso-kinésithérapie pour déficients de la vue (IFFMK-DV).

Atelier 6 : Le transfert de compétences entre collègues : comment mettre en place une organisation apprenante ?

Marie Herz, chargée des 9-12 ans, médiathèque la Canopée la Fontaine, ville de Paris et Louis Tisserand, adjoint du département des services aux publics, SCD Nanterre.

À partir de l’exemple de la médiathèque de la Canopée qui organise des formations à la langue des signes française (LSF) par niveau, l’atelier permettra d’élargir la réflexion à d’autres modèles de transfert de connaissance entre pairs.

Atelier 7 : Le Facile à Lire (FAL), comme levier dans la lutte contre l’illettrisme : quelle mobilisation des services et quelles proposition d’organisation au réseau ? (COMPLET)

Sabrina Dumont-Fellows, directrice et Marion Sueur, responsable du secteur jeunesse et de la politique documentaire, Bibliothèque départementale de la Somme.

Le département de la Somme, constitué de 771 communes, est un département rural dans lequel la bibliothèque est parfois le seul service public. De par sa proximité, c’est aussi souvent le seul lieu de ressources et d’accueil pour tous les publics y compris les publics en réinsertion et les acteurs de la lutte contre l’illettrisme. Initié en 2017-2018, le projet « Le Facile à Lire, levier dans la lutte contre l’illettrisme » a permis d’apporter une amélioration qualitative et quantitative dans l’offre pour ces publics spécifiques.

16h45 – 17h : Café de départ



Contacts :

frederic.sadaune@bpi.fr

lecture-handicap@bpi-fr

Publié le 13/10/2021 - CC BY-SA 4.0

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
nina
nina
8 jours il y a

merci pour la qualité des interventions, les référents handicaps devraient être obligatoires pour tous les services publics et les fonctionnaires