0   Commentaires
deux mains portant une balle représentant la terre cernée par un élastique portant le mot coronavirus
©DR

Confinement : la situation des bibliothèques à l’international

Publié le 
Pour lutter contre la pandémie Covid-19, d’un pays à l’autre, les actions et les mesures varient selon le calendrier et les organisations étatiques. Dans le domaine des bibliothèques, l’adaptation des établissements de lecture publique ou universitaires signale la ferme volonté de maintenir le contact avec les équipes et les usagers.
Souvent, les règles sont assouplies et les ressources numériques, comme en France, sont mises à disposition après des négociations particulières avec les éditeurs.
Tour d’horizon, du Canada à l’Italie des bibliothèques fermées mais qui offrent toujours des services à leurs publics.
Ce dossier sera complété et mis à jour au fur et à la mesure des réponses de nos collègues pendant la période de confinement.

Pour aller plus loin, voir aussi le tour d’Europe des bibliothèques publié dans la lettre d’information d’EBLIDA du 31 mars 2020 et qui sera complété au fil du confinement.

Merci à Chloé Baril d'avoir répondu pour le réseau des bibliothèques de Montréal.
Merci à Marenildes Fontes de Souza qui travaille à la bibliothèque du CEU de São Paulo.
Merci à Agnès Landolfi, qui devait être accueillie en France dans le cadre du programme Erasmus +, d'avoir raconté l'organisation de la BU de Salerne en Italie.
Merci à Alasne Martin, responsable de la Mediateka  Arduraduna (Bilbao).
Merci à Maria Papaefthymiou, bibliothécaire à Iklio, Grèce.
Merci à Ognjenka Savanovic, pour la bibliothèque nationale et universitaire de la république serbe à Banja Luka en Bosnie-Herzégovine.
Merci à Anna Sobala et Urszula Szybowska, bibliothécaires à la bibliothèque de Gdańsk.
Merci à Jaume Felipe et à  Montserrat  Alvarez Massó,  bibliothécaires dans la province de Barcelone.
Merci à María Patricia Prada, bibliothécaire à Buenos Aires.
Merci à Rania Shaarawy pour la bibliothèque Alexandrina.
Merci à Olga Smirnova, bibliothécaire à Moscou.
deux maintenant la terre entourée d'une compresse où le mot coronavirus st inscrit
©DR