Appartient au dossier : Confinement : la situation des bibliothèques à l’international

Les bibliothèques de Barcelone au temps de l’épidémie de Covid-19
par Jaume Felipe et Montserrat Alvarez Massó

Jaume Felipe, directeur de la Bibliothèque publique M.Ángels Torrents de la municipalité de Sant Pere de Riudebitlles et Montserrat  Alvarez Massó, responsable de coopération,  bibliothécaire à la Direction des Services des Bibliothèques de la Diputació de Barcelona (province de Barcelone) ont répondu le 15 mai 2020 à nos questions.

Accueil bibliothèque Barcelone
Bibliothèque Ramon Fernandez Jurado de Castelldefels©Charlotte Hénard

Peux-tu décrire la structure dans laquelle tu travailles?

La direction des services de bibliothèques (GSB) conseille et soutient les conseils municipaux dans la création et le développement des services de bibliothèque, et gère le réseau des bibliothèques municipales, (en catalan Xarxa de Biblioteques Municipals XBM), de la province de Barcelone. Le réseau des bibliothèques municipales est composé de plus de 225 bibliothèques et 10 bibliobus qui fonctionnent avec les mêmes normes de qualité de service, garantissant un équilibre territorial dans l’accès au service de lecture publique.

La bibliothèque publique M.Ángels Torrents de la municipalité de Sant Pere de Riudebitlles fait partie du réseau des bibliothèques municipales (XBM) de la province de Barcelone. 

Actuellement, quelles sont les urgences organisationnelles et humaines auxquelles tu dois répondre ?

Conformément à la résolution SLT / 720/2020 du 13 mars, qui adopte de nouvelles mesures supplémentaires pour la prévention et le contrôle de l’infection par le SRAS-CoV-2, le ministère de la santé espagnol a décidé de fermer les centres et services au public du réseau  des bibliothèques de Catalogne. Cette mesure affecte toutes les bibliothèques accessibles au public.
Le 9 mai,  le décret SND / 399/2020 a été pris  pour rendre possible certaines restrictions nationales, établies à la suite de la déclaration de l’état d’alarme en application de la phase 1 du plan de transition pour définir les conditions d’ouverture des bibliothèques dans cette première phase de déconfinement.

Jaume Felipe : Les bibliothèques ont fermé le 14 mars et, depuis lors, les usagers sont informés  via les canaux de diffusion habituels. Dans la bibliothèque, nous recevons des questions sur l’utilisation des ressources en ligne, des demandes d’informations sur le retour de documents et des demandes d’information sur la carte d’utilisateur. Mais en général, le public est au courant de la situation.
Montserrat Alvarez : La fermeture des bibliothèques a entraîné l’annulation de beaucoup d’activités. Dans cette perspective, mon travail fondamental c’est la réorientation de projets culturels et éducatifs en cours. Certains de ces projets ont pu continuer mais il a fallu modifier les plans de travail et le calendrier prévus, d’autres ont été reportés. Malgré les difficultés, la réaction des collègues bibliothécaires a été exemplaire.

Sur le  télétravail mis en place, cela pose-t-il des difficultés ?

Jaume Felipe: Dans le cas de ma bibliothèque, comme la fibre optique n’est pas installée, les documents de travail internes ne peuvent pas être récupérés chez moi. Avant de fermer, j’ai pu copier certains fichiers, mais ce n’est pas suffisant et j’aurais besoin d’autres fichiers qui ne sont pas accessibles et  ce qui m’empêche de pouvoir continuer ce travail. Une bonne partie du travail que je fais consiste donc à créer des ressources à partager dans les services virtuels du XBM.
Montserrat Alvarez: Dans le contexte du service de la coopération, le télétravail est possible.
Le gros problème est d’évaluer la gestion du temps et de l’espace pour obtenir le consensus nécessaire pour chaque action.
Aussi on doit signaler que dans notre institution, si  on parle de télétravail, on n’a pas d’équipements, applications de connexion partagées. Donc la communication est possible mais avec beaucoup de difficultés au niveau opérationnel.

Quelles sont les autres complexités auxquelles tu dois faire face ?

Après huit semaines de confinement et en vue d’une nouvelle réouverture, qui ne viendra pas avant au moins deux semaines (début juin), il est impératif d’anticiper les problèmes de sécurité et de santé qui peuvent survenir une fois cette situation exceptionnelle terminée. Bien que nous ayons déjà commencé  à avoir des informations sur la façon dont l’accès à la bibliothèque se fera les premiers jours. Il est clair qu’au début nous ne pourrons offrir que des prêts et retours de documents. Il reste à définir comment les services habituels seront remis en route. Nous dépendons des  instructions que le ministère de la Santé publie avant chaque changement de phase, parfois dans des délais très courts  (24 heures à l’avance).
La communication entre les différents acteurs est plus complexe car les équipes ne se rencontrent pas souvent. La confiance et la collaboration peuvent en souffrir. Parfois,  il est moins évident d’évaluer la charge de travail et les défis spécifiques  que les bibliothécaires doivent affronter dans leur territoire.

Quelle communication avez-vous adoptée pour le public et quels services proposez-vous actuellement ? Quels aménagements ont été nécessaires ?

Les canaux de communications habituels et les réseaux sociaux ont été utilisés avec le public. Il faut ajouter ceux que la municipalité a mis à notre disposition (site municipal, bulletins d’information). Nous avons profité des services virtuels communs à  la XBM et d’autres qui ont été lancés pendant le confinement, comme les clubs de lecture virtuels.

Les mesures pour continuer à promouvoir la lecture publique dans le contexte actuel au niveau de tout le  Système de Bibliothèques de Catalogne : 

  • Recommandation au public  : l’utilisation de la bibliothèque​ numérique eBiblioCat ​ : http://ebiblio.cat
  • Ouverture des services virtuels du Réseau des bibliothèques municipales à tous les résidents de la Catalogne même s’ils ne possèdent pas de carte de bibliothèque ​pour répondre à la demande croissante de services de bibliothèque virtuelle.
    Compte tenu de la croissance du nombre de prêts enregistrés sur la plateforme numérique eBiblio Catalunya pendant les premiers jours du confinement, les institutions impliquées dans le projet, Generalitat de Catalunya, Diputació de Barcelona , Diputació de Girona et Ajuntament de Barcelona, o​​nt décidé d’​augmenter le nombre de titres disponibles, ainsi que le nombre de licences à utiliser, et d’augmenter le nombre de documents pouvant être fournis. Désormais, chaque utilisateur pourra emprunter jusqu’à quatre livres simultanément avec un maximum de trente livres par mois et pourra regarder deux films par jour sans limite mensuelle.
  • Prolongation de prêt.​ ​Dès la fermeture des bibliothèques et des bus des bibliothèques du Réseau des bibliothèques municipales le 13 mars, il a été décidé de prolonger tous les prêts de documents existants. La prolongation est jusqu’au 31 mai (inclus). Le 15 mai comme les bibliothèques ne sont pas encore en phase 1 de déconfinement , il a été convenu de les renouveler jusqu’au 31 juillet.
  • Suspension immédiate du prêt entre bibliothèques​ afin que les bibliothèques ne reçoivent ni n’envoient aucun type de document.
  • Prolongation de la période de réservation des documents. ​Les réservations de documents sont prolongées jusqu’au 23 mai, donc aucune réservation n’expirera avant ce jour. Le 15 mai, comme les bibliothèques ne sont pas encore en phase 1 de la désescalade, il a été  convenu de les renouveler jusqu’au 23 juillet.
  • ​Fermeture des boîtes à livres. ​Toutes les boîtes à livres de retour de documents dans les bibliothèques ont été fermées avec la fermeture des bibliothèques et des bus pour éviter les déplacements inutiles des citoyens.
  • ​Accès gratuit aux contenus numériques pour les utilisateurs bloqués. À titre exceptionnel, l’accès aux services virtuels a été ouvert aux utilisateurs qui, pendant cette période, ont été limités par des retards dans la restitution des documents. Une fois que les bibliothèques auront rouvert leurs portes, les restrictions seront de nouveau en vigueur.

Avec les acteurs du réseau,  nous avons une plateforme du travail et de communication en ligne déjà en fonctionnement.
Un service de conférence à distance qui combine la ​vidéoconférence,​ les réunions en ligne entre professionnels est en train de s’établir.

Avez-vous un conseil à partager avec les collègues bibliothécaires en ces temps particuliers ?

Jaume Felipe : Dans ces moments de confusion, il existe un désir de produire du contenu en ligne sans bien réfléchir aux besoins de nos usagers. Une réflexion collective serait utile avant d’imiter des modèles que d’autres industries culturelles produisent,  qui conduisent à une saturation pour le public. Bien que nos recommandations pour les livres, les films, les bandes dessinées et la musique puissent être bien reçues, elles risquent de se perdre dans une mer d’offres similaires. Il faut alors réfléchir à la valeur ajoutée que notre métier peut offrir: œuvres inconnues, auteurs oubliés, relations entre différents langages narratifs, liens entre les arts … Bref, plus de travail créatif et moins de production. Pour l’avenir, il faudra réfléchir aussi à ma manière dont  les bibliothèques peuvent continuer à  être le lieu de socialisation qu’elles ont été jusqu’à présent.

Montserrat Alvarez : L’engagement en faveur d’un modèle de proximité permet aux bibliothèques publiques d’évoluer et d’améliorer leurs services dans le cadre fixé par les services sociaux, de refléter le profil des citoyens pris en charge et de devenir d’authentiques espaces culturels et éducatifs de promotion de la lecture et de la cohésion sociale.
Les bibliothèques devront aussi  répondre aux conséquences de la pandémie COVID 19. Au-delà de mesures exceptionnelles, et avec la difficulté de dessiner des scénarios futurs, il faut réfléchir  : quelles devraient être les priorités des bibliothèques publiques dans le contexte post-confinement?  Fixer des priorités ne sera pas facile; il apparaît désormais clair qu’à une époque comme la nôtre, marquée par l’émergence de la Covid-19 et par l’émergence de nouveaux besoins sociaux, tout programme doit reposer sur un axe fondamental, renforcer la fonction sociale, culturelle et pédagogique de la bibliothèque.

Publié le 22/05/2020 - CC BY-SA 4.0

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet