0   Commentaires
Enquête

Préparer le bac à la Bpi

Préparer le bac à la Bpi : Enquête auprès des usagers lycéens

L'accueil des publics lycéens, présents en nombre durant la période de révision du baccalauréat, n'est pas sans susciter de nombreuses interrogations, auxquelles cette étude, réalisée en mai-juin 2010, s'est efforcée de répondre. 
Il s’agissait à la fois d’évaluer le dispositif d’accueil de ce public mis en place à la Bpi à cette occasion (« Bac 2010 ») et d’accompagner le développement d’une offre de 8 ressources en adéquation avec les besoins et les intérêts des publics jeunes, conformément aux recommandations du Ministère de la culture et de la communication.
Un travail de terrain, mêlant observations et entretiens, a permis de mieux comprendre les ressorts de la fréquentation lycéenne. Il apparaît que la fréquentation de la Bpi correspond à un réel choix de la part des lycéens enquêtés. Ils y trouvent un espace qui leur permet de s’investir - tant sur le plan symbolique que pratique - dans un travail de révision scolaire intensif tout en profitant d’un anonymat relatif et d’une sociabilité studieuse.
La fréquentation de la Bpi leur permet par ailleurs de se familiariser avec les normes comportementales attendues dans une bibliothèque d’étude, et plus largement avec celles requises pour les études supérieures. A ce moment précis de leur parcours, ils opèrent un important processus de socialisation : l’installation dans une grande bibliothèque pour réviser les épreuves du baccalauréat constitue ainsi une sorte de rite de passage ou plutôt d’affiliation à la communauté étudiante.

 

En un clin d'oeil 

 
Objectif de l’étude
  • Recueillir des données sur le public lycéen afin d’accompagner le dispositif d’accueil de ce public en période de révision des épreuves du baccalauréat et au cours de l’année scolaire ; accompagner le développement d’une offre de ressources en adéquation avec les besoins et les intérêts des publics jeunes, conformément à la demande du ministère de la Culture.
Rappel des données quantitatives disponibles
  • Depuis la réouverture du Centre Georges Pompidou (CGP), les scolaires représentent environ 3% du public en novembre et 6% en avril. En revanche, leur nombre est indéterminé pendant la période de révision des épreuves du baccalauréat.
Méthodologie
  • 14 entretiens semi-directifs, 1 focus group (entretien collectif) et 9 séances d’observation ont été menés entre mai et juillet 2010, auprès d’usagers lycéens préparant les épreuves du baccalauréat. Les personnes enquêtées ont été recrutées dans l’ensemble des espaces de la bibliothèque.
Principaux résultats
  • Fréquenter la Bpi est un réel choix de la part des lycéens enquêtés. Ils y trouvent un espace qui leur permet de s’investir - tant sur le plan symbolique que pratique - dans un travail de révision scolaire intensive tout en profitant d’un anonymat relatif et d’une sociabilité studieuse.
  • Leur usage de l’espace et des collections ressemble fortement à celui des étudiants, notamment ceux qui sont inscrits en prépas médecine, relativement conforme à la fonction du lieu et des ressources, même si leur comportement n’est pas encore celui qui est attendu dans un lieu de ce type.
  • C’est la fréquentation de la Bpi qui leur permet de commencer à se familiariser avec les normes comportementales attendues dans une bibliothèque d’étude, et plus largement avec celles requises pour les études supérieures. A ce moment précis de leur parcours, ils opèrent un important processus de socialisation aux études supérieures en amorçant ce travail d’intégration et d’incorporation des règles et des normes en vigueur dans la bibliothèque.
  • L’installation dans une grande bibliothèque pour réviser les épreuves du baccalauréat constitue une sorte de rite de passage au cours d’une phase critique de l’existence : plus exactement un phase intermédiaire où l’on quitte le lycée et ses contraintes (ie le statut d’enfant), l’environnement proche, dans l’espoir d’accéder à un autre niveau (les études supérieures, le statut de jeune adulte). La bibliothèque participe donc d’un mouvement de coupure et de transformation qui va au-delà des seules révisions.
  • Focus sur le dispositif bac 2010 : les lycéens viennent majoritairement à la Bpi en apportant leurs propres cours manuscrits et manuels scolaires car ils recherchent avant tout un cadre et une ambiance propice à la concentration et à l’étude plutôt que des ressources documentaires. Hormis les annales proposées par l’établissement, manifestement utilisées, les autres ressources disponibles sur place restent très méconnues, et donc sous utilisées.
  • Le dispositif d’information actuel touche rarement sa cible, par manque d’adéquation entre le format des documents de communication utilisés et le public visé notamment. Les lycéens enquêtés ont émis quelques critiques négatives sur le dispositif, mais surtout de nombreuses propositions au sujet des ressources, des documents d’information, des espaces de la bibliothèque et des personnels. 


Liens

  • Pour accéder à l'étude dans son intégralité, cliquez ici.
Captcha: