0   Commentaires

Les publics étudiants (2003-2009)

Les publics étudiants de la Bibliothèque publique d’information (Bpi)  Première Partie : profils et pratiques (2003-2009)

Aujourd’hui, les étudiants constituent environ 70% du public de la Bpi. S’ils relèvent d’une même catégorie, celle des étudiants, ils révèlent des particularités bien distinctes. Cette étude propose dans un premier temps une analyse de la composition des publics étudiants : âge, origine sociale, niveau d’études et pratiques. Ces éléments permettent d’établir des « profils-type » des étudiants fréquentant des bibliothèques, dont celle de la Bpi.
 
Image tables de travail
© Vinciane Verguethen
L’étude ré-exploite les trois dernières vagues d’enquêtes de fréquentation menées à la Bpi en 2003, 2006 et 2009 permettent d’apporter les éléments de réponses aux questions suivantes : qui est l’étudiant ? Quels supports utilise-t-il ? Pourquoi vient-il à la Bpi ? Au-delà d’une fréquentation en baisse, des profils types s’affirment dans la durée : les étudiants en sciences sont indépendants, utilisant peu la documentation à disposition, alors que les étudiants de littérature en font bien souvent une priorité.
Cette étude montre à quel point chaque étudiant est unique en son genre, et nous permet de comprendre ce qu’ « être étudiant en bibliothèque » signifie. 
 
 

 

En un clin d'oeil 

Objectif de l'étude
  • L’objectif de cette étude est donc de rendre intelligible la diversité des profils étudiants. Il s’agit d’esquisser une typologie d’usagers à partir de critères de différenciations comme l’âge, le sexe, l’origine sociale, le lieu de résidence, le niveau d’études ou la filière de formation. Le second objectif est de mettre en évidence l’évolution des pratiques étudiantes en bibliothèque et, plus singulièrement encore, à la Bpi. Il s’agit d’interroger le rapport que ces publics entretiennent avec les espaces, les services et les collections de la bibliothèque. Un volet plus qualitatif permet de préciser certains de ces rapports. Il offre surtout l’avantage d’entrer de plain-pied dans les représentations étudiantes des bibliothèques et, en premier lieu, de la Bpi.
Méthodologie
  • Analyse des enquêtes de fréquentation réalisées à partir de 2003 pour définir les profils-type d’étudiants et leurs habitudes.
  • Enquêtes menées auprès d’étudiants sortant de la Bpi (technique d’enquête dite « par voie administrée ») en juillet et novembre 2003, en octobre et novembre 2006 et en avril et novembre 2009.
Principaux résultats
  • Selon la tranche d’âge, le motif de fréquentation de la Bpi se diversifie. Période janvier-février : étudiants révisant les partiels ; mars-juillet : étudiants préparant des dossiers, travail de fonds, etc ; avril-juin : futurs bacheliers. De fait, les étudiants travaillant en groupe, notamment lors des révisions du baccalauréat, représentent 27% des étudiants, tandis que les étudiants issus d’université ne représentent que 17 %.
  • Le nombre d’étudiants présents chaque jour à la Bpi est en baisse mais le nombre d’heures passées à la Bpi par ces mêmes étudiants est en augmentation : ainsi, un étudiant reste en moyenne une heure de plus à la Bpi qu’un usager habituel.
  • L’usager étudiant est âgé d’une vingtaine d’années, ce sont majoritairement des femmes (55 %), généralement non salariés (64.5 % de non salariés contre 35.5 % de salariés en 2006. Le motif principal de ces étudiants est d’étudier, seul ou accompagné. Généralement, l’étudiant préfère utiliser ses propres supports et outils de travail ; la bibliothèque constitue dans ce cas un espace propice au travail et à la réflexion.
  • Les étudiants fréquentent la Bpi notamment à cause de ses larges plages d’ouverture. Cependant, les étudiants avouent préférer parfois d’autres institutions, notamment à cause de la durée d’attente. Si les étudiants fréquentent la Bpi 2 à 3 ans d’affilés, durant les trois années de licence, peu continuent à s’y rendre par la suite ; la plupart se font moins présents.
  • Alors que les étudiantes sont majoritairement issues de filières littéraires, les étudiants, quant à eux, sont plus souvent issus de filières scientifiques. De même, les étudiants fréquentant la Bpi vivent majoritairement à Paris (55 %), lorsque les étudiants issus de la banlieue parisienne représentent 41 % des étudiants.
  • Un tiers des étudiants sont d’origine étrangère ; ils sont principalement originaires du Maghreb, d’Asie et/ou pratiquent une langue maternelle différente du français.
  • Le profil étudiant fréquentant le plus la Bpi est celui de l’étudiant en Sciences, techniques et santé, notamment durant les trois premières années de ses études. Ce public est particulièrement indépendant, c’est-à-dire qu’il ne s’adresse pas (ou peu) aux bibliothécaires. Ils déclarent « se débrouiller seuls » en particulier en menant des recherches en ligne sur Internet. 

Liens : 

  • Pour consulter l'étude dans son intégralité, cliquez ici
  • Pour consulter la deuxième partie de l'étude sur les publics étudiants consacrée aux réseaux sociaux, cliquez-ici.
     
Captcha: