La réforme du bac à la Bpi

Afin d’accompagner le lancement d’un nouveau bac en 2021, les bibliothécaires de la Bpi vous font part de leurs choix documentaires. 

photo d'une jeune femme en train de lire qui se tient la tête
© UGL_UIUC (CC BY-NC-SA 2.0) via FlickR

L’accueil et la réussite des lycéens sont des préoccupations affirmées de la Bpi, tant dans ses espaces de travail que dans son offre documentaire. La réforme du bac modifie les programmes et les choix d’orientation pour la voie générale. On passe d’une logique de série (L, ES et S) à un éventail de spécialités plus large. Dans ce contexte les éditeurs prévoient une refonte des manuels et les bibliothécaires s’adaptent et s’organisent différemment. Quels documents valoriser pour accompagner les futurs bacheliers ? Comment s’opère la sélection des bibliothécaires dans une offre éditoriale abondante et redondante ? Ne sont pas abordées ici les ressources numériques.

Définitions

Qu’est-ce qu’un annabac ?

L’annabac répond au principal objectif de préparer un examen, de réviser un cours rapidement. L’annabac est un outil de révision et de soutien. Certains annabacs regroupent uniquement des sujets corrigés sans fiches de révisions.
Contenu : déroulé des épreuves, cours synthétique par chapitre (fiches de cours) et exercices corrigés (sujets et dissertations complétés sous forme de plans et synthèses).
Format : pratique, petit et maniable, peu cher, souvent “marketé” estampillé et millésimé de l’année du baccalauréat. Nous n’acquérons pas d’ouvrages avec fiches détachables et écriture de notes.



Qu’est-ce qu’un manuel ?
 

Le manuel est un ouvrage spécialisé destiné à l’apprentissage. Il a pour objectif de faire découvrir et/ou  d’approfondir une discipline, une matière scolaire ou un métier. Il s’utilise tout au long de l’année. Il sert de référence.
Nous pouvons distinguer deux types de manuels :

  • Le manuel dit scolaire s’adresse uniquement à une classe, à un niveau. On distingue le manuel de l’élève et celui du professeur.
  • Le manuel de cours général contient une somme de connaissances et se présente parfois comme une synthèse plus élaborée que l’annabac.

Contenu: cours rédigé dans une discipline. Contient des définitions, du vocabulaire et des exercices. Celui-ci est aussi souvent accompagné de documents à analyser et d’illustrations. Le manuel scolaire, en constante évolution, propose parfois un contenu très illustré à travailler en classe dont le but pédagogique est de développer l’observation et l’esprit critique des élèves, amenuisant sa mission d’exposer des connaissances. Cette tendance déjà remarquée il y a une dizaine d’années se confirme dans certaines disciplines[1]. On remarque que les documents, les illustrations et les questions ouvertes prennent de plus en plus de place dans certains manuels scolaires, notamment en histoire-géographie.
Format : grand format (manuels d’histoire-géographie) pas toujours millésimé à usage de la classe. Ces deux types de manuels s’utilisent aussi en formation continue et jouent un rôle important dans la formation tout au long de la vie pour la remise à niveau.
 

Une offre transversale et multi exemplaire d’annabacs

La sélection documentaire des bibliothécaires s’opère chez l’ensemble des éditeurs, dans la limite de la redondance et du budget, ce qui permet une vision complémentaire et non univoque. A modérer cependant, pour les titres présents chez un seul éditeur. Les principaux éditeurs représentés sont Belin, Bordas, Ellipses, Foucher, Hachette, Hatier, Magnard, Nathan, Rue des écoles (liste non exhaustive).
 
Étant donné que ce diplôme est multidisciplinaire, l’offre d’annales intéresse tous les domaines de collections (mathématiques, histoire-géographie..). Ces annales sont donc réparties dans les différents bureaux d’information, à raison d’une centaine de titres pour chacun d’eux. Les ouvrages présentés concernent toutes les filières (générale et technologique) et toutes les disciplines enseignées au baccalauréat. Les annales du bac sont donc achetées en 8 exemplaires correspondant aux 8 bureaux d’information. Cette organisation permet de rassembler et de mieux identifier ces documents. Cette offre avoisine les 200 titres et les 1 000 volumes et fluctue durant l’année, suivant les désherbages et acquisitions.

Présentation du nouveau bac

 
Les filières sont amenées à disparaître (L, ES, S..) pour la voie générale. Peu de modifications sont envisagées pour la voie technologique.
Le bac 2021 est modifié et se déroule principalement en contrôle continu sur deux ans (classes de première et terminale). Il reste cependant des épreuves terminales. Pour la classe de  Première : le bac de français (oral et écrit) et la spécialité abandonnée. Pour la classe de  Terminale : la philosophie, les deux spécialités et un grand oral. 

1- Les spécialités


Le choix des spécialités s’effectue en fin de classe de Seconde. Le lycéen sélectionne trois spécialités pour la classe de Première parmi les 11 proposées :

Les spécialités 11 +1 (enseignement agricole) présentées par ordre alphabétique :

  • Arts (choix multiples : danses, arts visuels, cinéma….)
  • Biologie-écologie seulement pour les lycées agricoles
  • Histoire/géo, Géopolitique, sciences politiques ou HGGSP
  • Humanités, littérature, philosophie
  • Langues, littérature et cultures étrangères et régionales
  • Langues, littérature et culture de l’antiquité ou LCA
  • Mathématiques,
  • Numérique et sciences informatiques ou NSI, 
  • Physiques chimie
  • Sciences de la vie et de la terre
  • Sciences de l’ingénieur
  • Sciences économiques et sociales

L’élève abandonne l’une des trois spécialités à la fin de l’année de la Première pour n’en conserver que deux en classe de Terminale.

2- Le contrôle continu

Le contrôle continu s’organise autour des enseignements communs (appelés aussi E3C, épreuves communes de contrôle continu). Il s’agit de l’histoire-géographie, des langues (LVA et LVB), de l’enseignement scientifique, de l’EPS (l’épreuve physique et sportive). Les épreuves se déroulent en deux sessions par an et sur deux ans (en février et en mai, dates fixées par les établissements).

L’offre documentaire du nouveau bac


Un certain nombre de questions se posent au chargé de collection dans la construction de cette offre du nouveau bac : Quels documents ? Quelle place pour les annabacs et les manuels ?

1 – Quels documents ?

Les bibliothécaires restent dépendants de l’offre éditoriale et des parutions. Les éditeurs sont en train de bâtir une offre d’annales et de manuels. Le travail éditorial réalisé et constaté en mars 2020 sur ces nouveaux programmes, pour la classe de Première, propose déjà quelques collections. Nous repérons des éditeurs comme Ellipses (au moins quatre collections), Hatier (Prépabac), Nathan (l’ABC du bac, maxi annales), Hachette (objectif bac)…. Certains éditeurs comme Hatier rassemblent plusieurs spécialités comme par exemple SES, HGGSP et Maths, recréant ainsi l’ancienne ES avec une ouverture sur Sciences Po. ou Maths, Physique Chimie, SVT (ancienne S) qui préparent à des études scientifiques et médicales.
 

2 – Conserver une offre transversale ou par domaine ?

 
Le choix d’une offre transversale s’avère toujours d’actualité pour les annales pour des raisons évidentes de repérage. En revanche, en ce qui concerne les manuels avec le nouveau bac et les spécialités transversales (ex : HGGSP), la question de l’emplacement dans un domaine de collection plutôt qu’un autre reste posée.   
 
Les manuels qui correspondent aux nouvelles spécialités concernent plusieurs disciplines, donc plusieurs chargés de collection. Dans ces conditions, la question se pose de savoir où mettre ces ouvrages :

  • Choisir une discipline plutôt qu’une autre (ex : “Humanité-Littérature-Philosophie”)
  • Multiplier les exemplaires : un exemplaire dans chaque discipline
  • Choisir la transversalité au risque de priver les disciplines d’ouvrages de référence

Quoi qu’il en soit un travail collectif et coopératif s’impose.
 

3 – En raison du contrôle continu : le rôle et la place des manuels se révèlent essentiels

D’ores et déjà, les manuels scolaires du second degré sont régulièrement sélectionnés afin d’enrichir les collections. Ceci est particulièrement vrai dans les disciplines scientifiques, mais aussi en sciences économiques, littérature et histoire-géographie.
Avec le contrôle continu et les matières interdisciplinaires, la place du manuel comme outil de travail et de référence devient incontournable. Cependant la sélection reste difficile, d’une part l’offre est pléthorique et redondante, d’autre part, la qualité du contenu n’est pas toujours satisfaisante du point de vue du bibliothécaire. Une analyse fine du document serait souhaitable pour évaluer la fonction documentaire, par exemple les nombreuses questions ajoutées aux documents à analyser, utiles pour un travail en classe, n’apportent pas les réponses et informations attendues qui permettent d’accompagner les élèves dans le cadre de la formation continue ; la fonction purement illustrative de certaines images sans valeur ajoutée documentaire limite leur intérêt et la compréhension du contenu. Un index n’y est pas toujours présent. L’idéal serait de pouvoir les consulter au préalable avant acquisition.


4 – Quelle place pour les matières interdisciplinaires ?
 

On retrouve l’interdisciplinarité des matières avec le bac nouvelle formule 2021, dès le tronc commun avec l’enseignement scientifique qui est partagé entre deux enseignants, celui de SVT et celui de Physique-Chimie.
Le nouveau bac laisse une plus grande liberté dans le choix des spécialités. Il offre  la possibilité de combiner des matières qui peuvent paraître assez éloignées l’une de l’autre, telles que “Sciences de l’ingénieur, Humanités littérature et philosophie et sciences économiques et sociales”. Le travail consistera à trouver du lien surtout pour le grand oral en épreuve finale, qui sera un projet commun aux deux spécialités restantes.
 
L’interdisciplinarité dans la réforme du baccalauréat joue un rôle majeur et vient bousculer les habitudes de travail pour recréer du lien et faire dialoguer différents points de vue.

 
 
Pour en savoir plus sur les programmes
https://www.education.gouv.fr/les-nouveaux-programmes-du-lycee-general-et-technologique-la-rentree-2019-9812
 

Comprendre la réforme du bac 

Le Nouveau bac, Olivier Rollot, L’étudiant, 2019

Photo de la couverture de l'ouvrage "Le nouveau bac"

Une explication des modalités du nouveau baccalauréat. Ce guide aborde son degré d’exigence, les critères de choix des lycées, la refonte des programmes et les attentes de l’enseignement supérieur. © Electre 2019.

Assez fouillé et répond à de nombreuses questions notamment en ce qui concerne l’orientation.


Comprendre la réforme du lycée, Juliette Hua, Nathan, 2019

Couverture de l'ouvrage "Comprendre la réforme du lycée"

Ce guide explique la réforme du lycée mise en place entre 2019 et 2021 et répond aux questions des lycéens et de leurs parents sur les nouvelles épreuves du bac et les choix des spécialités. Il propose un accompagnement à l’orientation avec une méthodologie, un test et des conseils. © Electre 2019.

Pratique et clair mais contient un carnet personnel à remplir. Usage interne ou privé.

S.O.S : le nouveau lycée, la réforme décryptée, Bruno Magliulo, L’étudiant, 2019

Couverture de l'ouvrage "S.O.S : le nouveau lycée, la réforme décryptée

Une aide pour comprendre la réforme du lycée et du baccalauréat et choisir son orientation, de la sortie du collège à l’entrée dans l’enseignement supérieur. Elle indique les choix à opérer à chaque palier de sa scolarité, ses chances de réussite selon sa personnalité et ses projets, les possibilités de réorientation, ainsi que les droits des élèves et des parents. © Electre 2019.

[1] (cf. le manuel scolaire à l’heure de la numérique inspection générale de l’éducation nationale Rapport n° 2010-087, juillet 2010)

Publié le 15/05/2020 - CC BY-SA 4.0

Rédiger un commentaire

Les champs signalés avec une étoile (*) sont obligatoires

Réagissez sur le sujet