0   Commentaires
Compte-rendu

Rencontre professionnelle : ouvrir les possibles de la bibliothèque jeunesse

L’institut culturel suédois a accueilli une bibliothèque éphémère pour enfants dans ses locaux durant 3 mois (11 mars-10 juin 2018), sur le modèle de « Rum för barn » à Stockholm. 
Cette initiative a recueilli beaucoup de succès et donné lieu à un partage d’informations entre modèle suédois et modèle français lors de cet après-midi du 14 mai. Rum för barn est une bibliothèque pour enfants (âge 0-9 ans) Cette bibliothèque a été transposée dans plusieurs Instituts culturels suédois dans le monde : Washington, Vilnius, Paris.
Cet espace vise à rassembler les enfants et les adultes sur leurs temps libres. Des feux de signalisation visibles depuis les fenêtres précisent s’il est possible d’accéder à l’endroit. 
Les besoins de l’usager sont individualisés notamment au regard des espaces (étagères thématiques), de la langue parlée à la maison (kit linguistique, approche de la diversité culturelle dans les livres) et au regard des troubles cognitifs (aide à la parentalité).
 
vue intérieure de la bibliothèque (Institut culturel suédois de Paris)
©L. Varis, Bpi

Bibliothèque de Kista à Stockholm : accueillir les tout-petits dans un contexte multiculturel

 
La pédagogue, Carolin Sjöstrand, ouvre le champ de son intervention sur l’espace imaginaire de la bibliothèque et sur la description de ses multiples usages : des étudiants réservent une salle, une famille nombreuse envahit l’espace des enfants, un visiteur silencieux... La bibliothèque est un espace démocratique conçu comme un lieu de rencontres et de création où il est possible d’y rester toute la journée sans que vous n’ayez à acheter quoi que ce soit, juste à en respecter les règles.
Cette bibliothèque a obtenu le prix de la meilleure bibliothèque publique du monde en 2015 pour les qualités suivantes :
  1. La rencontre entre le numérique et l’analogique,
  2. Les compétences du personnel et les capacités linguistiques,
  3. L’espace physique
Cette bibliothèque est la 2e de Stockholm  dans un quartier de 50 000 personnes dont 41 000 d’origine étrangère. L’objectif de la bibliothèque est de tendre la main à ses habitants, les enfants et les jeunes prioritairement. La bibliothèque travaille sur le développement linguistique et l’accès à la lecture et totalise à ce jour 279 projets axés autour de:
  • lectures de contes pour écoles maternelles, numérique ou mise en scène, yoga, chants..
  • kits linguistiques  pour favoriser le développement du langage chez les enfants,
  • activités avec les familles comme les jeudis créatifs
  • coin pour bébés
  • emprunts  de matériel à dessin, de jeux
  •  séances cinéma
  • etc.

Actions en direction des écoles

 Ces actions visent à aborder l’ensemble des habitants et principalement les familles dans leur rapport au livre et à la lecture (beaucoup d’enfants n’ont pas entendu parler de livres avant la maternelle). La bibliothèque de Kista propose des kits de livres aux écoles, empruntables à la maison, dans toutes les langues parlées par les enfants de l’école. Les enseignants réalisent un travail intermédiaire entre bibliothèques et écoles : discussions, préparations de questions comme documenter une image sélectionnée dans un kit. Les enfants participent à la signalétique, aux tampons.
 

Actions en direction des tout-petits

Des actions en direction des plus petits sont également organisées :
  • « le suédois avec un bébé » : comptines, rythmes et jeux
  • « les signes de bébé » : méthode de communication empruntée à la langue des signes
  • « crèches ouvertes » : accueil d’un grand nombre de parents en congé parental
Ces actions de sensibilisation visent à faire venir à la bibliothèque les structures de la petite enfance et à augmenter les chances qu’elles reviennent.
L’obtention du prix de la meilleure bibliothèque du monde permet de maintenir cette exigence de projet et de coopération. La bibliothèque concentre 2000 visiteurs par jour, tout en étant ouverte du lundi au dimanche de 10 heures à 21 heures.
Le personnel fait face à une gestion quotidienne importante, comme l’est aussi l’adaptation aux écarts des différents niveaux de langue. Dans certaines activités, le recours à un interprète est nécessaire.
La bibliothèque demeure parfois le premier contact avec le suédois.

Conclusion : Pour cerner la finalité de son action, il est important de se rappeler combien les limites de l’imaginaire suggérées par les collections sont infinies et comment la section des enfants se transforme parfois en parc d’attraction.
 

Tio Tretton, une bibliothèque pour tous les sens

 
Par la pédagogue Amanda Stenberg

Kulturhuset à Stockholm possède plusieurs espaces dont un dédié aux adultes et trois dédiés au jeune public : Rum för Barn (0-9 ans) ; Tio Tretton (10-13 ans)  et Lava (14-25 ans)

Histoire

Auparavant la bibliothèque Rum för Barn accueillait la tranche d’âge des 0-13 ans. La bibliothèque était très investie par des familles avec enfants en bas âge ; les pré-adolescents ne trouvaient pas forcément leur place. Ce groupe cible n’avait que très rarement un espace réservé en bibliothèque, un lieu où ils puissent venir par eux-mêmes. Une enquête auprès du public adolescent a confirmé la tendance d’un espace spécifique durant les temps de loisirs avec des activités qui ne concernent pas strictement les livres mais les complètent (voies communes) et où le personnel est attentionné et disponible.
L’une des premières  priorités est de mériter la confiance des enfants. A Tio Tretton, c’est l’identité de l’enfant qui est d’abord envisagée sans préjugé d’orientation sexuelle. Une étagère est dédiée au genre.  Les animations sont construites le jour même à l’image de la spontanéité des enfants.  

Une offre multiple et adaptée

Une condition : les enseignants et les parents ne peuvent pas entrer. Les choix et les goûts des enfants font l’objet d’une sélection attentive. Tous les documents sont achetés en multi-exemplaires afin d’en disposer d’un grand nombre. Les anciennes séries sont désherbées puis données aux lecteurs. 35 langues y sont représentées. Les livres sont classés par genre et thème.
Les besoins des enfants sont observés et l’offre adaptée en conséquence : cours de danse et chorégraphie... Pour cela des personnels aux compétences variées sont recrutés (danseurs, art plastique..).
La cuisine est un lieu et un thème auquel tout le monde a un rapport, un lieu de discussion sur les arômes et les goûts. La cuisine est une introduction au multiculturalisme comme en témoigne les échanges sur la nourriture autour d’un thé.

Un personnel aux compétences multiples

Il est apprécié de disposer de plusieurs compétences dans sa formation et de les partager : danse..
Les missions de démocratisation des bibliothèques sont à l’origine de l’engagement de certains personnels en bibliothèque dont A. Stenberg (formation en science politique) dans le pouvoir et l’émancipation qui est donné à l’enfant sur sa langue, sur son corps ou sur le jeu.
Le vocabulaire employé est étudié (absence de pronoms comme « lui » ou « elle », pas de langage excluant) dans le but de permettre à chacun l’épanouissement.

Conclusion : A. Stenberg rappelle combien le lien de confiance est important et comment de petites petites conversations donnent naissance à des grandes conversations. Rester dans l’amusant.
Les ordinateurs sont utilisés sans filtre parentaux.  Il est préférable de discuter à ce sujet.
 

Bibliothèque Assia Djebar – Paris 20 (Inaugurée le 09 janvier 2018)

Photographie de lecteurs
© Bibliothèque Assia Djebbar, Sylvie Colley, Bpi [cc-by-sa] 

 
Par Matthias Herodin,  Anne-Claire Estavoyer et Sandra Algan (bibliothécaires)

La bibliothèque est composée de 16 agents.
Elle  a été pensée pour son rapport de proximité avec les habitants plus que pour ses collections.  Les acteurs et partenaires  du quartier ont été impliqués dans ce projet plus d’une année avant l’ouverture.

Favoriser le partage

Afin de constituer la collection de bandes dessinée, les élèves de 5ème d’un collège proche ont sélectionné 850 documents. Ils ont aussi réalisé des vidéos de promotion de leur choix.
Les documents sélectionnés portent l’estampillage « choix des habitants ». Le travail de coacquisition s’avère plus difficile passé l’engouement de l’ouverture.

Favoriser l’adaptation et la bienveillance

Les structures du quartier sont associées aux différentes manifestations de la bibliothèque et inversement.
La bibliothèque a fait le choix d’une approche personnalisée et bienveillante en fonction des publics accueillis  (structure du quartier ou habitants).
Quelques exemples de manifestations et activités :
  • Jeux de société (jeux et jouets au quotidien)
  • Livres et jardins
  • Plantations
  • Café des parents
  • Rencontres festives
La présence de jeux en libre accès dans les espaces a été pensée en amont du projet. Les personnels ont été recrutés en fonction de cet intérêt ou compétence. Les jeux créent  des liens  entre personnes d’une même famille ou entre personnes  qui ne se connaissant pas. On trouve par exemple une vingtaine de jeux symboliques (bouliers, cubes, kapla), 150 jeux de société type (à terme plus de 240 jeux seront achetés (jeux d’adresse, association, mémoire, expression) et des  jeux vidéo. L’objectif étant de rendre le jeu familier et de favoriser les passages entre le livre et le jeu.

Conclusion : on notera ici comme pour les bibliothèques suédoises un personnel aux compétences et provenances variées : petite enfance, animation, jeux ... et une approche privilégiant les publics accueillis.

La médiathèque des 7 lieux – Bayeux (Actuellement en construction)

 
La Ville de Bayeux compte 15 000 habitants et son agglomération près de 30 000 habitants.
La bibliothèque sera composée à terme de 14 agents et vise les 45 à 50 heures d’ouverture hebdomadaire. La médiathèque est fréquentée aujourd’hui par moins de 10 % de la population.
La bibliothèque est de type 3ème lieu car elle favorise, diffuse et produit des savoirs et des savoirs faire.
Son nom « 7 lieux » est une référence au conte, un marqueur de son identité et une métaphore sur l’adaptation et l’engagement.
La bibliothèque n’a pas fait du public jeune son unique priorité mais certaines idées sont susceptibles  d’intéresser les différents modèles présentés.
  
 
La bibliothèque s’inspire directement de :
  • Herning (Pays-Bas) dans la mise en valeur des collections,
  • la bibliothèque centrale d’Helsinski  pour sa plateforme participative,
  • Garajet à Malmö en Suède pour l’aspect « comme chez soi », pour des usagers actifs et créatifs et co- constructeur.
La bibliothèque aspire à prêter des objets mais aussi des savoir-faire (tablettes graphiques, machines à coudre, kit arduino, instruments de musique) comme on prête des livres.
Les contenus sont supérieurs aux contenants. La connaissance des usagers (personne qui sait coudre) est tout aussi importante.

Améliorer l’expérience des usagers

Deux principes guident ce projet : l’importance de la démarche participative et son corollaire l’amélioration de l’expérience utilisateur : « c’est ce que quelqu’un ressent et perçoit lorsqu’il utilise un produit ou un service virtuel ou réel ».
Améliorer l’expérience des jeunes usagers passe par une signalétique ludique et un classement thématique emprunté aux librairies, un mur d’expression ou un coffre à jouets.La médiathèque des 7 lieux n’entend pas innover mais s’inspirer d’autres lieux pour renouveler l’expérience de l’utilisateur. Elle puise dans des pratiques qui fonctionnent bien : cour d’école, magasin de jouets, librairies et jardins d’enfants.

La participation du public 

Introduction à l’effet Ikea : il s’agit d’un biais cognitif par lequel les consommateurs accordent une valeur disproportionnée aux produits qu’ils ont partiellement créés.
Quelques exemples :
  • focus group sur les horaires d’ouverture,
  • world café organisé pour les seniors,
  • biblioremix ado,
  • un studio (markerplace ou fablab),
  • meuble d’activité tactile
Les adolescents ont été interrogés sur leur lieu culturel idéal (post-it tout ce qui fonctionne bien – pastilles pour votes sur actions préférées, ateliers ketch-up)
Les usagers sont invités chaque année à construire un élément du mobilier.
 

 Le design thinking


Ce terme est associé à la recherche de prototype et à l’observation des besoins des publics-cibles.
L’innovation dans le cas des 7 lieux consiste à :
  1. penser sans prétendre révolutionner,
  2. proposer des choses nouvelles mais pas forcément inédites
Conclusion : Il s’agit moins de conserver des collections qu'être à l’écoute de nouveaux usages. L’objectif est de se situer dans un rapport horizontal avec l’usager car ces derniers  sont porteurs de savoirs.
 
Pour rappel, le modèle suédois est encadré par une loi sur les bibliothèques.
Retrouvez l’intégralité des interventions ici.
 
Captcha: