Thématiques : Éducation aux médias et à l'information - Jeunes

« Et moi, qu’est-ce que j’en pense ? » Une émission de débats par et pour des adolescents

Public cible : Adolescents

Objectif de l'action :

  • Former les adolescents à l’exercice de l’entretien journalistique et des techniques de tournage pour qu’ils réalisent eux-mêmes une émission de débats.
  • Découvrir un corpus d’œuvres pour réfléchir sur le réel et construire un point de vue.
  • Apprendre à exercer son esprit critique, à développer son argumentation et à prendre la parole en public.
  • S’approprier la médiathèque en tant que lieu de ressources et de découverte.

Description de l'action :

Deux classes de 3ème issues de deux établissements différents, accompagnées de leur professeur de français et de leur professeur documentaliste, travaillent en parallèle sur le même thème, à partir du même corpus documentaire, afin de tourner une émission de débat ensemble.
Elles ne se retrouvent toutefois qu’au moment de la répétition générale, même s’il a été envisagé que les classes se rencontrent lors de la 1re séance du projet pour accroître la cohésion du groupe.
Lors de cette émission, les élèves reçoivent trois personnalités issues de milieux différents pour échanger sur le thème choisi.
Avant cette rencontre et pour réaliser l’émission, les classes sont préparées à l’exercice de  l’interview par un journaliste et formées à l’analyse de l’image et au tournage par une association, Cinévie.
Le projet peut ensuite être présenté par les élèves qui le souhaitent dans le cadre de l’oral du brevet des collèges. Dans ce cas, ils rédigent un cahier de suivi.

Les précédents thèmes traités sont :

  • 2019-2020 : le langage et le déterminisme social
  • 2018-2019 : les discriminations raciales
  • 2017-2018 : l’amour
  • 2016-2017 : les inégalités
  • 2015-2016 : les sportives professionnelles

Photographie de jeunes collégiens durant le tournage de l'émission : l'un tenant une perche avec micro, l'autre enregistrant.
Tournage de l’émission « Et moi qu’est-ce que j’en pense ? »
© Bibliothèques de Montreuil

Périodicité de l'action :

9 séances au long de l’année (sur 7 mois)

Moyens humains et techniques :

  • Deux classes de 3ème, avec leurs professeurs de français et professeurs documentalistes.
  • Journaliste : Aline Pailler, puis Edouard Zambeaux.
  • Association Cinévie : association d’insertion par l’audiovisuel, à Montreuil.
  • Festival Hors Limites, festival littéraire de Seine-Saint-Denis porté par l’Association des bibliothèques de Seine-Saint-Denis : https://www.hors-limites.fr/
  • Cinéma public Le Méliès, Montreuil

Les moyens et la formation techniques sont apportés par l’association Cinévie : caméras, micros, etc.

L’émission est tournée dans une salle de la bibliothèque.

Photographie du plateau de télévision installé pour l'émission avec les portraits des invités et un jeune homme tenant au bout d'une perche le micro
Tournage de l’émission « Et moi qu’est-ce que j’en pense ? », saison 6,
© Bibliothèques de Montreuil

Mise en oeuvre :

Après avoir travaillé sur le corpus documentaire avec leurs professeurs et les bibliothécaires, les élèves bénéficient de 4 séances pour préparer le tournage de l’émission.
Deux séances sont consacrées à la préparation de la rencontre, avec le journaliste. Celui-ci présente son métier, leur explique le contexte d’une émission et les conditions d’une rencontre. Il les aide à développer leurs questions et leurs arguments pour créer un débat constructif avec les trois personnalités invitées. Il travaille également sur les techniques de prise de parole en public : voix, posture corporelle…
Les élèves sont ensuite encadrés par l’association Cinévie, qui les initie à l’analyse de l’image lors d’une première séance, puis aux techniques de tournage d’une émission lors d’une deuxième séance. À la fin de ce travail avec Cinévie, des rôles sont attribués aux élèves (clapman, perchman, cameraman, présentateur, ingénieur son…) pour le tournage.

Ledit tournage s’inscrit dans la programmation du festival Hors-Limites, festival de littérature en Seine-Saint-Denis.

Déroulé des séances avec les élèves et calendrier :

  • présentation du corpus par les bibliothécaires (1 séance, avant les vacances de la Toussaint)
  • travail sur le corpus avec les professeurs (2 séances, novembre et décembre)
  • travail avec le journaliste pour préparer la rencontre et les questions (2 séances, janvier-février)
  • travail avec l’association Cinévie pour préparer le tournage (2 séances, dont une d’analyse de l’image et une technique, février-mars)
  • répétition générale (1 séance, avril)
  • tournage de l’émission (1 séance, avril)

Résultat et perspective :

Le projet « Et moi qu’est-ce que j’en pense » est riche en émotions et en moments intenses pour les jeunes. Pour certains, c’est la première fois qu’ils ont l’occasion de s’exprimer librement et ouvertement. Les séances avec le journaliste, en particulier, les obligent à réfléchir à leurs arguments et à formuler un raisonnement abouti. L’implication dans un tel projet permet parfois de révéler des centres d’intérêt ou de susciter des vocations chez des collégiens en décrochage scolaire, qui retrouvent une motivation.
Le film de l’émission est diffusé au cinéma Le Méliès, cinéma public de Montreuil. Il est ensuite publié sur Youtube de manière publique. Il fait également l’objet d’une présentation (projection de la bande-annonce et présentation par les collégiens y ayant participé) lors de la soirée ados  organisée annuellement par la bibliothèque.
Le projet a fait l’objet d’un article dans Le Parisien, le 20 mars 2017

Points de vigilance :

Ce projet  requiert un investissement important et implique de choisir des partenaires solides.
Il est nécessaire d’impliquer les professeurs dans ce projet afin qu’ils prennent la mesure de leur engagement : l’obligation de lire le corpus et de travailler avec les élèves en dehors des séances avec la bibliothèque. Lorsque les élèves n’ont pas lu les ouvrages du corpus, les autres séances s’en ressentent. De plus, le financement interétablissement implique que les deux chefs d’établissements aient signé la demande en fin d’année précédente.
De leur côté, les bibliothécaires doivent constituer un corpus documentaire varié, incluant si possible de la fiction, et adapté au niveau des collégiens. Ils doivent également le maîtriser afin de pouvoir le présenter efficacement lors de la première séance.
La phase de montage du film est longue et entraîne une forte charge de travail. Il peut être nécessaire de faire appel à un quatrième partenaire pour cette phase, ce qui augmente le coût (1500 € dans le cas de Montreuil).
Enfin, le choix des personnalités invitées doit intervenir très en amont afin de s’assurer de leur participation. La présence d’un-e invité-e à forte présence médiatique permet une communication plus efficace, d’une part, et une motivation des collégiens plus grande, d’autre part, surtout si cette personnalité fait partie de leur quotidien (par exemple, en 2018-2019, Kery James). La présentation du projet doit être précise, notamment pour faire en sorte que l’intervention soit adaptée à un public de collégiens.
La diffusion publique de l’émission impose de faire signer des autorisations concernant le droit à l’image.

Publié le 27/02/2020 - CC BY-SA 4.0