Lire en prison

La méfiance traditionnelle qui entourait la circulation de l'écrit en milieu carcéral laisse place aujourd'hui à l'affirmation d'un véritable "droit à la lecture".

Le livre est ainsi arraché à la marginalité qui le constituait comme un complément facultatif à la pratique religieuse ou comme l'expression d'un retrait du monde : il est au contraire défini comme la condition d'accès à toutes les formes d'activité relationnelle et comme support du ré-apprentissage de la citoyenneté.
Issu d'une enquête menée dans divers types d'établissements pénitentiaires, cet ouvrage examine à la fois les contraintes particulières auxquelles est confrontée une politique de développement culturel lorsqu'elle s'applique à un monde social fermé, et la redéfinition des usages du livre en prison sous l'effet des transformations de l'offre et de la concurrence d'autres activités. Les lieux et les objets de lecture, l'inscription matérielle de l'activité lectorale dans l'espace carcéral ainsi que les styles de sociabilité qu'engendre le livre dans cet univers sont analysés tour à tour.
Document original sur les transformations récentes de la condition pénitentiaire, ce livre est aussi une contribution critique à la sociologie d'appropriation de l'écrit.



Liens 

  • Pour accéder à la synthèse de cette étude réalisée par Martine Burgos sur le site du BBF (Bulletin des Bibliothèques de France), cliquez ici
  • Pour plus d'informations, cliquez ici
  • Ouvrage disponible à la Bpi (Bibliothèque publique d'information) : 
    Niveau 2 - Philo, psycho, religions
    Cote : 024.40 FAB
Captcha: