0   Comentarios

La Bpi développe ses identités numériques

La Bpi a lancé le 12 septembre dernier plusieurs pages sur Facebook. Ces pages s'inscrivent dans un projet plus large de développement des identités numériques de la Bpi. Issu d'un travail conjoint entre le service Webmagazine (gestion des contenus) et le service communication et développement des publics, ce projet vise à faire connaître les contenus publiés sur le magazine en ligne de la Bpi, Balises, et à déployer une présence active sur les médias sociaux afin de de contribuer à la circulation des savoirs et des savoir-faire.

Cette présence en ligne prolonge les choix faits lors de la refonte du site de la Bpi en distinguant l'approche institutionnelle des approches thématiques. Vient ainsi s'ajouter à la page Facebook officielle de la Bpi une page Facebook pour Balises, mais aussi trois pages Facebook thématiques. Il s'agit pour celles-ci de proposer des recommandations et de pratiquer une médiation numérique des savoirs en mettant l'institution au second plan. Trois communautés d'intérêt corrrespondant à des compétences fortes en interne ont ainsi été identifiées. 

La page Facebook "Tu vas voir ce que tu vas lire" explore la littérature contemporaine. Les bibliothécaires de la Bpi vous font part de leurs choix et vous aident à y voir plus clair dans les méandres des sorties et des actualités littéraires.

La page Facebook "Pour une poignée de docs" est dédiée au cinéma documentaire. Des bibliothécaires de la Bpi spécialisés dans le domaine vous transmettent leur passion et leurs découvertes.

La page Facebook " A l'ombre des geeks en fleur"  est dédiée aux cultures geeks, urbaines et pop.

Ces pages viennent enrichir la présence en ligne de la Bpi.
 
Avatard identité numérique Bpi



Ce projet va se déployer à titre expérimental pour 1 an, la Bpi fera un bilan de cette expérimentation en septembre  2017 afin d'en mesurer les impacts. Selon ces résultats, d'autres identités thématiques seront proposées et différents médias sociaux déployés.

En interne, un réseau composé de trois rôles distincts a été créé. Les contributeurs de chaque page les alimentent au quotidien, ils programment des publications via l'interface de Facebook. Un référent par équipe harmonise la plannification pour proposer des publications régulières, il organise le travail et signale tout problème à une équipe de coordinateurs. Leur rôle est de rester garants du respect de la charte des bonnes pratiques des médias sociaux de la Bpi. Le choix a été celui d'une décentralisation de la contribution et d'une modération a posteriori. Chaque contributeur est ainsi responsable des recommandations proposées à travers la page thématique, mais aussi d'éventuelles interactions qui seraient générées (commentaires, questions, messages). La Bpi n'a pas souhaité centraliser les interactions via un animateur de communauté, mais plutôt former et accompagner les bibliothécaires afin de les positionner comme médiateurs sur Internet via les médias sociaux.

Chacun a donc été sensibilisé et formé aux bonnes pratiques de contribution et de veille via les médias sociaux. Les types de contenus partagés sont clairement définis dans la Charte et vont au-delà des contenus produits par la Bpi. Il s'agit de recommander des articles, des évènements, ou encore des profils à suivre à propos des thématiques des pages.  Les contributeurs ont également été sensibilisés aux règles déontologiques et légales de la contribution sur les médias sociaux. La différence entre les profils personnels et les profils professionnels des agents a aussi été clarifiée en interne. Les profils personnels peuvent mentionner la Bpi comme employeur mais les agents sont incités à créer des profils professionnels (prénom + nom - Bpi) pour intervenir sur le réseau des pages de l'institution. Ces profils peuvent être librement utilisés par les agents dans le cadre de leurs activités et de leurs contacts professionnels.

D'un point de vue graphique, la Bpi a décliné sa charte graphique via des avatars et des couvertures de pages de manière à faire passer l'institution au second plan et s'adresser à des publics qui sont amateurs des thématiques mais ne fréquentent ou n'identifient pas forcément l'institution. L'idée est également de faciliter via ces pages une communication événementielle de rendez-vous proposés par la Bpi au sein de communautés thématiques pérennes.
Captcha value: