0   Comentarios

Liberté d’expression à Pierresvives

En créant Chut !, un jeu vidéo pour l'éducation aux médias, la MD34 répond aux besoins des publics adolescents.
L’ouverture de la médiathèque Pierresvives, voulue comme un 3e lieu dans un quartier sensible qui serve de modèle au réseau départemental, incarne, pour le Conseil départemental de l’Hérault, le rôle politique que peuvent jouer les bibliothèques auprès de leurs publics considérés dans leur identité de citoyens.

Après les attentats de janvier 2015, le Conseil départemental de l’Hérault a souhaité réaffirmer les missions et les valeurs de la bibliothèque en la positionnant comme un espace où promouvoir la liberté d’expression, sous de multiples formes. 

Défendre la liberté d’expression à la médiathèque : un enjeu départemental

« Le rôle des bibliothèques dans la défense de la liberté d’expression, et la familiarisation des publics et professionnels avec le travail médiatique en général, de la presse en particulier » a été inscrit dans le Schéma départemental de développement de la lecture publique fin 2016 comme enjeu prioritaire.
À la médiathèque, l’équipe s’est emparée du sujet et un large panel d’actions a été mis en œuvre pour sensibiliser les publics aux médias : médiations de tous les supports sur place et hors les murs, programmation culturelle, élaboration d’ateliers réguliers...
Le réseau départemental, composé de 235 bibliothèques et 80 CDI, a bénéficié de formations pour ses équipes, notamment en termes de médiation des ressources d’information, qui recouvre aussi l’inclusion numérique.
Malgré ce renforcement d’actions, et le succès remarqué de plusieurs événements, le public n’était  pas aussi présent que pour d’autres thématiques. Aussi, l’équipe de la médiathèque a réfléchi à une médiation plus efficace pour promouvoir la liberté d’expression et le fonctionnement des médias, en prenant en compte les priorités fixées en termes de contenu, de public et de support. 

Un jeu vidéo participatif sur la liberté d’expression 

Nous voulions avant tout que les jeunes s’emparent du jeu, qu’ils en deviennent réellement acteurs. Nous nous sommes éloignés de l’esprit des logiciels éducatifs pour privilégier la participation des collégiens. Cependant, nous souhaitions que le jeu soit un outil pour dialoguer avec les joueurs sur les thématiques qui nous tiennent à cœur. 
Chut ! a été conçu avec le studio Them Game et la participation de collégiens. Le serious game suscite le débat et leur réflexion.  
copie d'écran du jeu

Dans Chut !, les collégiens incarnent quatre artistes dans un univers où les milices veillent à l’uniformité des opinions au sein de dictatures qui sont de nature militaire, religieuse, bureaucratique ou qui incarnent la société du spectacle. Par leur geste créatif, les artistes animent à nouveau les habitants, qui prennent des couleurs.
copie d'écran du jeu

Les collégiens, avec la complicité d’une affichiste et d’une écrivaine, ont réalisé les affiches de propagande et le slam présents dans le jeu. D’autre part, l’ancrage territorial a été pris en compte dans le graphisme, afin que, selon le vœu du vice-président du Conseil départemental, le département de l’Hérault soit identifiable.
La reconnaissance de l’intérêt du jeu s’est aussi manifestée au niveau national : le ministère de la Culture a accordé le label BNR à Pierresvives.
Cependant, le déploiement technique du jeu n’a pas été aussi large que souhaité. Si Chut ! est téléchargeable gratuitement, son coût initial n’a permis qu’une version PC.

Évaluation 

Nous avons évalué, à l'aide d'un questionnaire, l'usage et le non-usage du jeu qui demeure mis à disposition des usagers de manière très visible à la Médiathèque Pierresvives.
Chut !  a atteint avec succès son premier objectif : plaire aux jeunes joueurs.
Les répondants ont souligné sa prise en main aisée ainsi que la possibilité qu’il offre d’expérimenter une autre habitude ludique : la coopération plutôt que le conflit.
Cependant, les réponses au questionnaire signalent que Chut ! ne suscite pas de réflexion de la part des joueurs et qu’il faut développer la communication pour mieux le faire connaître. 

Perspectives : Chut ! un levier pour les ateliers EMI 

Nous proposons depuis trois ans un nouveau service « à la personne » grâce à l’accueil de jeunes en service civique suivis par la Ligue de l’Enseignement sur une mission d’écrivain numérique : accompagner la personne dans le renseignement de démarches administratives, répondre à un courrier, prendre un rendez-vous… Nous leur demandons désormais de jouer aussi un rôle de médiateurs autour de Chut !.
De même, depuis janvier 2019, le CD34 a initié, auprès de bibliothèques de son réseau et en partenariat avec la DRAC et Unis’cité, un service expérimental à travers une nouvelle mission de service civique liée à l’éducation à l’information et aux médias : sur cinq territoires, des jeunes volontaires accompagnent les bibliothécaires (bénévoles et salariés) dans l’usage des outils et des ressources numériques et initient des ateliers pour les usagers.
Le renouvellement du dispositif sur 2019-2020 met l'accent sur la médiation des ressources des bibliothèques en général et Chut ! en particulier. Les retours en sont enthousiastes, d’autant que le jeune âge des services civiques (16 ans cette année pour certains) permet une médiation quasiment de pair à pair une fois qu'eux-mêmes ont été sensibilisés à l'EMI : ils ont, par exemple, rencontré, avec nos agents, le journaliste du Monde diplomatique, Pierre Daum, sur son métier en matinée et les théories du complot l'après-midi.
photographie de la rencontre avec les journalistes

C'est donc très modestement qu'on peut conclure à notre utilité politique, qui ne revêt de réalité que dans un travail de dentelle, au cas par cas, et lorsque ce dernier est préparé par une offre de plaisir, ce qui nécessite encore une fois du temps et de la présence, il n'y a pas de secret.
Captcha value: