0   Comentarios

Ode à quelques bibliothèques finlandaises

Nous avons listé ici la liste de nos surprises, tout ce qu’on n’a jamais (ou pas souvent) vu ailleurs.
Photographie de l'entrée de la bibliothèque Metso avec un escalier et des plantes vertes
Des plantes, des plantes, Bibliothèque Metso à Tampere
 

Vous avez dit “orienté public” ?

  • Nous avons trouvé des puzzles à l’entrée de quasi chaque bibliothèque : une idée simple du partage ! 
  • Des plantes vertes partout ! Nous nous sommes renseignées : il y a un service dédié qui s’en occupe.
  • Livres très peu équipés et cotes minimalistes. 
  • La transparence : la lumière (naturelle ou lampes sur rayonnage et ilôts). 
  • L’organisation des espaces permet d’être proche des autres, mais presque dans une bulle (on ne gêne pas l’autre, tout en vivant avec lui). 
  • Il est possible de boire et de manger dans tous les espaces, oui, tous...
  • Et qu’est-ce que c’est bon ce que vendent les cafétérias !
  • Partout des «bornes de satisfaction» (et pas que dans les bibliothèques, à l’aéroport aussi).
  • Dans l’ensemble, une signalétique simple et efficace (chaussettes dessinées au sol - quand il faut enlever ses chaussures dans les espaces pour les touts-petits-, beaucoup de pictogrammes) : on a tout compris.
  • Pas de portiques RFID, c’est une conception de la libre circulation des documents.
  • Nous avons vu des tables à hauteur réglable (pour travailler debout, quelle que soit sa taille).
  • Ouverture sans bibliothécaires le soir et le matin. 
  • Gratuité inscrite dans la loi (oui, bon, déjà, une loi).
  • Toilettes unisexes. 
Pictogramme montrant des pieds nus et des chaussons raturés
J'enlève mes souliers dans l’espace des tout-petits à la bibliothèque Oodi à Helsinki
signalétique pour ranger les poussettes
Je gare ma poussette à la bibliothèque Oodi à Helsinki


Vous avez dit impossible ?

  • Des tables équipées en luminothérapie : indispensable.
  • Pour les élections européennes, il était possible de voter de manière anticipée à la bibliothèque (qui n’est pas, par ailleurs, un bureau de vote).
  • Une bouturothèque.
  • La bibliothèque self-service (voir ci-dessus, les bibliothèques ouvrent sans bibliothécaires) et son grand, grand, grand succès. Parce que les horaires de self-service correspondaient aux moments des transactions les plus nombreuses, une bibliothèque de quartier qui devait fermer est finalement restée ouverte.
  • Prêt - direct ou indirect selon les objets - de parapluies, de sacs, de boules de pétanque, d’outils et d’équipements sportifs (repartir avec ses haltères, c’est chouette).
  • L’adjonction d’une bibliothèque et de services médicaux et sociaux au sein du même bâtiment, au même niveau, quasiment sans séparation (ex. espace d’attente du pédiatre avec collection de livres jeunesse, à Iso Omena). On peut même acheter ses billets de train au guichet (avec un humain quoi) mais aussi déclarer une naissance ou récupérer une pièce d’identité : d’autres services que ceux de la bibliothèque sont présents avec leurs personnels dédiés.
  • La cabine téléphonique… sans téléphone, pour pouvoir s’isoler pour téléphoner : astucieux !
  • Makers space : on réserve la salle...et le-la bibliothécaire pour aller avec.
  • Espace de pratique musicale : présence d’un bibliothécaire pédagogue de la musique.
  • Un grand «mur à jouer».  
    Photographie d'un mur à jouer à Espoo
    Mur à jouer, Bibliothèque Iso Omena à Espoo

Travailler au futur, ça donnerait quoi ?

  • Oodi a été ouverte alors qu’elle n’était pas encore terminée : ouverture progressive et encore en cours de certains espaces et services.
  • Des robots rangeurs (c’est pas l’avenir, ça ?).
  • Développement en cours d’un algorithme intelligent pour gérer les fonds flottants et les acquisitions : affaire à suivre…
  • Le président de l’association professionnelle finlandaise est un député.
  • Dans les bibliothèques comme dans les autres institutions culturelles, recours de plus en plus fréquent à des personnes ayant une autre langue maternelle que le finnois comme «tuteurs» ou médiateurs.
  • Self-managing team (ça veut dire que les équipes s’auto-organisent, s’auto-gèrent et tout ça et un manager team s’assure de la bonne coordination de l’ensemble. Nos collègues de Oodi avaient l’air contents).
  • Les collègues de Oodi sont SBF (sans bureau fixe) : on a un petit casier avec ses affaires et on s’installe où on veut/peut quand on est là. On attend de voir à l’usage.

Un boom de la lecture est actuellement constaté en Finlande, y aurait-il un rapport ?
Panneau avec les horaires d'ordi
Les horaires d’ouverture de la Bibliothèque Oodi à Helsinki
 
Affiche publicitaire pour emprunter une machine à coudre
Une idée ! Bibliothèque Oodi à Helsinki



Toutes les photos ont été prises par Marina Zborowski, cheffe du service Art et littérature, Bibliothèque publique d’information.



Eléonore Clavreul déléguée à la coopération nationale et internationale à la Bibliothèque publique d’information a collecté et mis en forme les surprises de Delphine Blaise, Annie Brigant, Christine Carrier, Gwenaëlle Cousin,Marylène Dombrat, Régis Dutremée, Karine Dufal, Valérie Forte, Claire Gaudois, Bénédicte Jarry, Ann-Sarah Laroche, Juliette Lenoir, Adèle Martin, Evelyne Nédelec, Delphine Quereux-Sbaï, Coline Renaudin et Marina
Captcha value: