La lecture de la presse magazine par les jeunes adultes

La lecture de la presse magazine par les jeunes adultes : état des lieux.
On les croit rebelles à l'imprimé, accrochés à leurs téléphones portables et addict de Facebook.


Pourtant, à l'heure d’Internet, l’intérêt des adolescents et des jeunes adultes pour la presse magazine ne faiblit pas. Comment expliquer cet attrait persistant pour le magazine imprimé ?
Une enquête en trois temps apporte ici des éléments de réponse. Jean-François Barbier-Bouvet dresse un état des lieux en observant finement l’impact des principaux titres de la presse magazine chez les 15-30 ans. Paola Spaventa et Amandine Pellizzari ciblent pour leur part la tranche d’âge des 20-30 ans. Elles présentent une étude sémiotique portant à la fois sur les titres les plus en affinité avec cette tranche d’âge et sur ceux qui, au contraire, malgré leur volume de diffusion important, voient les jeunes adultes sous-représentés dans leur lectorat. Enfin, la synthèse de l’étude de réception qu’elles ont menée à partir d’entretiens approfondis et de focus groups vient compléter l’ouvrage. Pour Jean-François Barbier-Bouvet, la lecture des magazines fait sans doute le pont entre la lecture en continuité, propre au livre, et la lecture de prélèvement, propre à Internet. En ce sens, la presse magazine se présente aujourd’hui comme un véritable laboratoire des nouvelles manières d’écrire. Et de lire.



En un clin d’oeil

 
Objectif de l’étude
  • Analyse de la réception et de la lecture de la presse magazine par les 15-30 ans. Comment, au cours de cette période d’instabilité, la lecture de la presse et surtout de la presse magazine –presse de mode de vie et de centres d’intérêt – accompagne ou n’accompagne pas ces changements ?
 
Méthodologie
  • L’étude se fonde sur l’enquête AEPM (Audience de la presse magazine) d'Audipresse, une enquête barométrique annuelle commandée par les éditeurs et par les annonceurs et réalisée par trois instituts de sondage : la SOFRES, ISL et IPSOS. L’échantillon est de 24 000 personnes, représentatives de la population française âgée de 15 ans et plus, interrogées à leur domicile. Elle porte sur 175 titres de la presse magazine.
  • Prise en compte de deux indicateurs : le volume de magazines lus (indicateur quantitatif, d’impact) et l’intérêt de cette lecture (indicateur qualitatif, d’affinité).
 
Principaux résultats
  • La presse magazine est extrêmement variée et brasse donc un public très large. Selon l’enquête AEPM, 91.5 % des 15-29 ans ont lu (ou consulté, ou parcouru) au moins un magazine au cours de sa dernière période de parution et ils liraient jusqu’à 7,5 titres différents. Il n’y a pas de coupure avec la presse chez les jeunes adultes. Cette génération de lecteur est même marquée par une grande familiarité avec la presse et par un certain éclectisme de lecture.
  • On observe une différence qualitative de lecture entre les générations. En ce qui concerne la lecture quantitative, le nombre de titres lus s’élève avec l’âge, il est plus élevé chez les femmes (8,2) que chez les hommes (7,0) et chez ceux qui ont fini leurs études (8) que chez ceux qui sont encore élèves ou étudiants (7,2).
  • Implication : les jeunes sont globalement intéressés par la lecture de magazines (78 %), mais seul un sur quatre (26 %) manifeste un fort attachement pour cette activité, ce chiffre baissant sensiblement lorsqu’ils prennent de l’âge. La lecture de la presse reste répandue mais est, paradoxalement, une activité moins estimée que les autres loisirs (tel que la musique, Internet…).
  • Lien entre la lecture presse et l’usage d’Internet : plus de 50 % des jeunes adultes se déclarent « très intéressés » par la navigation sur Internet, soit deux fois plus que ceux qui se déclarent très intéressés par la lecture de presse, mais ils utilisent souvent ces deux supports, et de différentes manières.
 
  • Les revues les plus lues sont : les magazines TV (69 % des jeunes adultes ont consulté au moins un titre au cours de la dernière période, ce chiffre s’amenuisant lorsqu’ils quittent le domicile familial), et la presse people ou trash. Puis viennent les magazines déterminés par le sexe (presse féminine et presse masculine). Cependant, en terme de « contact » et « d’affinité », les magazines people sont les plus consultés par cette tranche d’âge.
 
  • Étude de la consultation par type de magazine :
Les magazines people et trash : près d’un jeune adulte sur deux (45.5%) lit un magazine people ou trash, c’est un phénomène générationnel. Si la lecture de magazine people décroît après 20 ans, les magazines trash gardent leur lectorat. Les magazine people attirant un public féminin (43 % contre 23 % d’hommes), à l’inverse des magazines trash (31 % d’hommes contre 22 % de femmes). On distingue les magazines people traitant des stars télévisuelles, ceux qui s’occupent d’un choix de stars plus vaste, et les magazines dits « à l’ancienne », et les magazines trash.
 
Les magazines masculins : par leur contenu hautement sexualisé, ils recrutent leur public assez jeune, exclusivement masculin, 8.5 % des 15-29 ans en lisent au moins un.
 
Les magazines féminins : plus du tiers (36.5 %) de cette génération lit au moins un féminin, soit 53.5 % de femmes mais aussi 19 % chez les garçons. Ces magazines s’adressent généralement à une tranche d’âge.
 
-Les magazines de sport : ils « pèsent » 19.5 % de cette génération et sont majoritairement lus par des hommes. Cet intérêt semble motivé par la pratique effective d’un sport de la part de cette génération.
 
-Les magazines techniques : les magazines consacrés au monde des moteurs, au sens large - auto, moto -, touchent un jeune adulte sur cinq (20.5 % en ont lu au moins un pendant la période de référence), avec un écart de un à trois  (10 % / 30 %) entre les femmes et les hommes. Les magazines consacrés à l’informatique touchent un jeune adulte sur sept (13.5 %), sont à différencier les magazines d’informatique ludique (jeux) des magazines techniques.
 
-Les magazines culturels : on retrouve en bonne place les magazines sur le musique ou le cinéma. Les magazines de programme sont délaissés au profit d’Internet, quant aux magazines littéraires, ils sont sans doute les moins appréciés de cette tranche d’âge.
 
-Les magazines de « curiosité » : certains magazines à thème s’attirent également l’affection des jeunes, tel que des magazine d’apprentissage de langue, ou des magazines scientifiques. Quant aux magazines de voyage et de découverte de la planète, ils ne créent pas de mouvement d’intérêt particulier.
 
-Les magazines d’information et d’actualité : Au total, un jeune adulte sur cinq (20.5 %) a lu au cours de la dernière semaine au moins un de ces hebdomadaire d’information.
  • Aujourd’hui l’évolution de la presse est préoccupante : elle connaît une baisse d’audience, son lectorat est vieillissant. 11 magazines ont vu la proportion des 15-29 ans au sein de leur lectorat augmenter en valeur relative, soit seulement un sur dix. Le non-renouvellement du public fait redouter l’amorce d’une spirale du déclin et pose la question du renouvellement des magazines eux-mêmes.
  • Alors le renouvellement du public ne passe pas par la création de nouveaux contenus, mais par la création de nouveaux journaux. Le lectorat dépend évidement de la thématique de la revue mais surtout de son approche éditoriale, selon la séquence des âges de la vie, du contrat de lecture proposé par le magazine et de la mise en contexte de son contenu.



Liens 

  • Pour accéder à l'étude dans son intégralité, cliquez ici
  • Pour accéder au débat sonore "Lire des magazines à l'heure d'Internet : le cas des jeunes adultes" sur le site des archives de la Bpi, cliquez ici.
Captcha value: