0   Comentarios

FLIMM


 
Si vous n’aimez pas les longs-métrages, si vous n’aimez pas les courts-métrages, allez au FLIMM.
 

Un nouveau festival de cinéma

 
Un nouveau festival de cinéma est né à Paris en septembre 2017 : le FLIMM, Festival libre du Moyen-métrage. Le FLiMM cherche à rendre visible des films, fictions et documentaires, aux formats marginaux (de 25 à 65 minutes) et par conséquent peu diffusés auprès du grand public. Les moyens-métrages résistent eux aussi à leur manière aux formatages. Le festival est non-compétitif et l’entrée est à prix libre.
 
L’équipe ayant créé le festival en 2017 est toujours aux commandes en 2018 pour la seconde édition. Elle se  compose de (de gauche à droite sur la photo): Annabelle Aventurin, Thibault Jacquin, Théo Carrère, Agathe Debary et Marie-Lys Polchlopek. Ce sont des programmateurs, activistes culturels et cinéastes.
 
© Jacques Puy

Photo: de gauche à droite: Annabelle Aventurin, Thibault Jacquin, Théo Carrère, Agathe Debary et Marie-Lys Polchlopek


Un lieu emblématique

 
Le festival se déroule principalement au Doc, 26 rue du docteur Potain 75019 Paris. Le Doc est né de l’initiative d’occuper un lycée abandonné. Situé sur les hauteurs de Belleville, DOC est un lieu de production artistique installé dans un ancien lycée technique de 3000m2.  C’est aussi une association à but non lucratif. Ouvert depuis septembre 2015, le projet répond au manque d’espace et d’outils de production à bas prix. Le lieu dispose de 24 ateliers, 4 espaces de résidence temporaire, 5 pôles techniques partagés (bois, métal, sérigraphie, salle de spectacle, vidéo) dans lesquelles soixante artistes travaillent à l’année. DOC offre ainsi une approche singulière de la production artistique en favorisant la circulation des savoirs et l’émergence de jeunes artistes. DOC est aussi un espace de diffusion qui programme tout au long de l’année des expositions, projections, concerts, représentation de théâtre et rencontres.
 
 

La 1ère édition du FLIMM (22 au 24 septembre 2017)

 
Elle a proposé :

- quinze moyens-métrages (fiction et documentaires) projetés au Doc ou au Théâtre de verre en présence des réalisateurs 

- une table ronde « La place du moyen-métrage dans une industrie du cinéma formatée » avec pour invités : Elsa Charbit (Déléguée générale des Rencontres du Moyen métrage de Brive), Hubert Viel (Cinéaste, parrain de la 1ère édition du FLiMM), Léo Richard (Collectif Comet), Marie Fouquet (intervenante du Club de Poésie civile, rencontre mensuelle de l’Université libre de DOC)

- une séance en plein air Place des fêtes avec notamment La Goumbé des jeunes noceurs de Jean Rouch (1965) présenté par Laurence Braunberger (Les films du Jeudi) et Emilie Cauquy (La Cinémathèque française)

un ciné-concert interprété par L’Inquiétant Suspendu : La Coquille et le clergyman de Germaine Dulac (1928, 41 min)

- sélection de films documentaires proposés :
Charleroi, la plus belle ville du monde, Florent Tillon (2015, 56 min.)
26, rue St Fargeau de Margaux Guillemard (2017, 30 min.) 
Le Petit peuple de Florent Ruch (2017, 36 min.)
Pas comme des loups de Vincent Pouplard (2017, 59 min.)
Retour à Genoa City de Benoît Grimalt (2017, 29 min.)
La Goumbé des jeunes noceurs de (1965, 30 min.)
 
 

La 2ème édition du FLIMM (15 septembre à Zone sensible; du 21 au 23 septembre 2018 au DOC)

 
Elle s’est déroulée entre les espaces de DOC (19e), de Zone Sensible (Saint-Denis) et de la Place des Fêtes (19e), dans une déambulation appuyée par la Mairie du 19ème.
 
Cette édition a eu pour parrain Cinéma Voyageur. Cinéma Voyageur, c’est un cinéma itinérant créé par Synaps Collectif Audiovisuel en 2010, qui sillonne la France chaque été pour planter son chapiteau dans des villages plus ou moins grands, des lieux souvent délaissés par les diffuseurs, « nous rappelant que les zones à défendre sont multiples et à diverses échelles ».
 
Le voyage cinématographique de cette seconde édition du FLiMM a commencé à Zone Sensible, le Samedi 15 septembre 2018, pour une journée consacrée aux films spontanés et libres nommés « sauvages » avec du cinéma en plein air en partenariat avec le Parti Poétique. Fut projeté par exemple le film Alleluïa de Jean-Baptiste Alazard (2016, 60 min.) sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Des Ateliers de réalisation de films sauvages (tournés-montés) ont permis la réalisation de films montrés quelques semaines plus tard lors de l’évènement « Nuit Blanche » organisé par DOC le 6 octobre 2018.
 
Une autre ZAD fut à l’honneur lors de la soirée d’ouverture au DOC (vendredi 21 septembre 2018), celle de Plogoff dans les années 70 avec la projection de Le Dossier Plogoff de François Jacquemain (1980, 50 min.).  Ce film a servi d’introduction à une réflexion sur les collectifs. Comment faire et penser le cinéma d’une autre façon, parallèlement au système de production traditionnel. Une table ronde rassemblait quatre collectifs: Le Cinéma Voyageur, le Collectif Synaps, les Scotcheuses, l’Abominable.
 
On a pu également trouver dans cette édition:

- une vingtaine de moyens-métrages projetés dans les divers lieux

- une séance en plein air Place des fêtes avec entre autres Lucumi, el Rumbero de Cuba de Tony Gatlif (1995, 28 min.)

- un ciné-concert No Ouestern de et interprété par Les Scotcheuses, (2014, 27 min.)

- sélection de films documentaires proposés :
Alleluïa de Jean-Baptiste Alazard ( 2016, 1h)
Le Dossier Plogoff de François Jacquemain (1980, 50 min.)
Le Saint des voyous de Maelys Audouze (2017, 37 min.)
Lutte jeunesse de Thierry de Peretti (2017, 55 min.)
Le Secret d’Omi Mouna de Mohsen El Garbi (2016, 25 min.)
Les Coursiers de la République de Badredine Haouari (2018, 33 min.)
Samir dans la poussière de Mohamed Ouzine (2015, 1h)
Être cheval de Jérôme Clément-Wilz (2015, 1h 02 min.)
La Fièvre de Safia Benhaim (2015, 41 min.)
Lucumi,el Rumbero de Cuba de Tony Gatlif (1995, 28 min.)
Captcha value: