Pauline s’arrache

Sortie en salles mercredi 23 décembre 2015
Émilie Brisavoine filme sa demi-sœur Pauline de ses 15 à ses 17 ans : premier amour, rebellions et départ de la maison familiale. Ce n’est pas une famille rangée : sa mère est une ancienne reine de la nuit tombée amoureuse d’un jeune homme travesti, son père. Les rapports sont explosifs : rires, engueulades, fêtes, déprimes. Pauline s’arrache, Pauline ne s’arrache plus. Pauline avoue, même si elle se plaint beaucoup: « J’ai jamais eu une vie banale, je me lève pas tous les matins pour avoir une vie banale. »
portrait de la réalisatrice Emilie Brisavoine
Émilie Brisavoine, © Bathysphère Production

L’avis du bibliothécaire

Émilie Brisavoine, professeur d’art plastique en région parisienne, a réussi un premier film plein de bruit, de mouvement, de musique, d’injures, de rires et de fête. Mais c’est aussi un récit d’apprentissage à la fois déjanté et classique ou s’expérimentent la spontanéité, les rôles, les genres et le miroir qu’est la caméra. Pauline s’arrache a été présenté au Festival de Cannes 2015, dans la programmation de l’ACID, Association du cinéma indépendant pour sa diffusion, ainsi que dans beaucoup d’autres festivals.
 

Rappel

Pauline s’arrache, de Émilie Brisavoine, production Bathysphère Production, 2015, 1 h 28 min.
Distribué en salles par Jour2Fête.