Les Règles du jeu

Sortie en salles le mercredi 7 janvier 2015

Un cabinet de placement de Lille, Ingeus, reçoit des fonds publics pour rendre des candidats à l’emploi job ready. Lolita, Kévin, Hamid et Thierry, 20 ans et sans qualifications, viennent tenter leur chance.
 
Les Règles du jeu © Agat Films & Cie, Les Films du Parotier

L’avis du bibliothécaire 

Le film démarre avec Jean-Sébastien Bach dont la musique nous accompagne tout au long de la représentation, à travers neuf chapitres, qui sont autant d’actes que l’on croirait directement repris d’une comédie de Marivaux. Introduits par des titres amusants et énigmatiques (chapitre 1 : Lolita s’engage, Kévin hésite, Maxime s’embrouille), les différentes parties de ce feuilleton, qui tient en haleine pendant 1 h 40 et ménage de nombreux coups de théâtre, montrent l’envers du décor à travers le déroulé de l'action.

L’envers du décor, c’est le discours surdimensionné du directeur de la société qui accueille les stagiaires, stagiaires qui du coup restent muets (de surprise ? de peur ?). C’est aussi le fossé (le gap) entre l’impressionnant effort de présentation, de conviction, de talents dont devront faire preuve les demandeurs d’emploi pour convaincre les employeurs et l’objectif final : l’obtention d’un boulot de manutentionnaire ou guère plus. Il faut reconnaître que les stagiaires ne sont pas tous des candidats à l’emploi modèles. L’un est désabusé, l’autre très renfermée, le troisième peu concerné. Un seul a le profil du jeune gars ambitieux, prêt à jouer à fond le jeu du recrutement. Celui-là obtient un CDD, mais il revient peu de temps après pour un debriefing plutôt désenchanté : salaires très bas, avancement inexistant et pression énorme sur les horaires ont eu raison de son enthousiasme et de sa bonne humeur.
 
Au rythme soutenu des rendez-vous, des coups de fil, des tests et des remontrances, on découvre le parcours désespérant des jeunes sans qualifications, le fonctionnement très codifié d’un cabinet de recrutement, ainsi que le manque de dynamisme inquiétant du marché du travail actuel. Et on s’attache fortement à ces garçons et filles dont l’entrée dans la vie active, voire la vie tout court, est pour le moins compromise. A cet égard et malgré son habillage primesautier, le film ne s'embarrasse d'aucune ambiguïté : la comédie est au mieux douce-amère, au pire franchement noire et le badinage reste en coulisses.
 

Rappel

Les Règles du jeu, de Claudine Bories et Patrice Chagnard, production Agat Films & Cie, Les Films du Parotier, 2014, 1 h 42 minutes.
Distribué en salles par Happiness Distribution.