0   Comentarios

Les Habitants

Sortie en salles le mercredi 27 avril 2016

 
/files/live/sites/Professionnels/files/Images/cooperation/Cinema%20documentaire/les_habitants_620x537.jpg
Les Habitants © Palmeraie et désert/ France 2 Cinéma

Dans son nouveau documentaire, le cinéaste donne la parole aux habitants des villes moyennes en parcourant l'hexagone du nord au sud à bord de sa caravane. Le dispositif est simple, le cinéaste gare sa petite caravane sur une place et invite des gens rencontrés dans la rue à venir continuer leur conversation à l'intérieur, devant la caméra et sans aucune directive, en totale liberté. Amour, famille, chômage, travail... de nombreux thèmes de la vie et de la société sont abordés par ces habitants qui nous ressemblent.
 

L’avis de la bibliothécaire

 
Le « Tour de France » de Raymond Depardon : un portrait de ses habitants
 
Raymond Depardon, à qui on doit les documentaires Reporters, Faits divers, Urgences, 10ème chambre, Délits flagrants, La vie moderne, repart sur les routes comme il l’avait fait pour Journal de France. « L’idée du film m’était venue quand j’avais photographié la France de 2004 à 2010. J’avais pris beaucoup de plaisir à écouter des conversations dans la rue et je m’étais dit qu’il fallait absolument filmer ces échanges, mais pas n’importe comment. Il fallait que je crée un dispositif pour donner une unité de regard sur tout le territoire… »
De Charleville-Mézières à Nice en passant par Sète, Calais ou Cherbourg, le cinéaste pose sa caméra dans une quinzaine de villes de France afin d'écouter parler les habitants de leur vie, de leurs préoccupations. Les tournages aux quatre coins de la France ont permis de recueillir la parole de 90 « couples » qui, au travers de leurs confidences, ont livré de façon très naturelle à la caméra leurs envies, leurs attentes et leur vie. Raymond Depardon observe : »Les « couples » étaient très à l’aise. Cela dépassait mes espérances ! C’était incroyable ! Très vite ils nous oubliaient et abordaient très naturellement leurs préoccupations. Leur langage était imagé et révélait beaucoup de choses sur leurs conditions de vie… »
Tourné au printemps et en argentique, le film restitue la luminosité des campagnes et les couleurs des villes traversées. La caméra suit la caravane sillonnant les routes de France sur la très belle musique d’Alexandre Desplat.  « Ce fut un beau voyage de mai à juillet. Je cherchais une France du « centre », des gens qui travaillent, qui passent leur bac, qui se marient, qui divorcent, qui votent, je voulais offrir une image des villes lumineuse et colorée telles quelles sont aujourd’hui. » Quelques moments émouvants, parfois sombres, parfois gais : un homme âgé venant de perdre sa femme évoque sa nouvelle solitude, un jeune homme de 19 ans dit à son père sa difficulté à quitter la vie familiale, une femme raconte à  son amie comment elle a vécu de longues années avec un mari violent, un jeune couple d’amoureux projette de se marier…
L’originalité du film tient dans le dispositif utilisé et dans le naturel avec lequel les personnes filmées parlent de leur vie. L’espace clos de la caravane est comme une scène de théâtre où les personnes filmées jouent leur propre rôle. Quelques paroles prononcées dans le film restent en mémoire longtemps après : « C’est pas dur, c’est la guerre ! », « Trop de sentiment bébé ! », « T’es pas tout seul, t’as moi, t’as ton frère ! »

Rappel

Les Habitants, de Raymond Depardon, production Palmeraie et désert, France 2 Cinéma, 2016, 1 h 24 min.

Distribué en salles par Wild Bunch Distribution.
 

Les Habitants from Palmeraie et désert on Vimeo.

Captcha value: