0   Comentarios
Acta

Press Start : histoires de jeux vidéo

Chaque année depuis 4 ans, le service Nouvelle Génération de la Bpi organise le festival Press Start, dédié aux jeux vidéo. Il s’agit de permettre au public de découvrir la créativité et la richesse de cette industrie culturelle à travers un agenda d’activités variées en mettant l’accent sur la participation et la pratique :  dévoiler les coulisses de la fabrication des jeux vidéo lors de rencontres ou d’ateliers, montrer les multiples ramifications et applications que les techniques développées dans le jeu vidéo peuvent avoir dans d’autres disciplines, en particulier les arts ou les sciences, et faire la part belle au plaisir de jouer constituent les grands axes de la programmation. 
Organisé précédemment durant les vacances de printemps, le festival a eu lieu en 2016 au moment des vacances de la Toussaint, du 14 au 30 octobre.
 
Il a pris pour la première fois une coloration thématique autour de la narration vidéoludique, traduite dans le sous-titre « histoires de jeux vidéo ». Il s’agissait de montrer, à travers des propositions variées, dans quelle mesure les jeux vidéo racontent des histoires, par qui et comment ces histoires sont écrites, et d’inciter le public à devenir lui-même créateur.
 
Du point de vue des publics, sans exclure personne, le festival vise plus particulièrement les adolescents et les jeunes adultes. Même si certaines animations peuvent convenir à un public plus jeune, la sélection de jeux, les ateliers et rencontres sont pensés pour des participants de 14 ans et plus. 

 
La programmation comprenait :
  • Des temps de jeu : Press Start, c’est d’abord des jeux vidéo et donc la possibilité pour le public de profiter du plaisir de jouer en découvrant ou en redécouvrant des jeux. Quatre plages de jeux avec médiation ont ainsi été organisées autour de productions récentes de studios indépendants, sélectionnées pour leur qualité narrative. Retrouvez la sélection ici
  • Une rencontre avec des créateurs : Press Start vise également à montrer la richesse et la complexité des processus de création qui se cachent derrière le produit fini jeu vidéo. En lien avec le thème choisi pour l’édition 2016, une table ronde a été organisée le lundi 24 octobre avec trois auteurs de jeu vidéo, volontairement issus d’univers différents et à l’origine de jeux de natures très diverses : Stéphane Beauverger, écrivain, auteur de romans et scénariste pour le studio Dontnod, des jeux Remember me et Vampyr ; Nordine Gachi, directeur créatif et technique du studio Dowino, qui est notamment à l’origine du jeu Blind Legend et produit actuellement un jeu destiné à aider à l’arrêt du tabac (Smokitten) ; et enfin Thierry Mary, directeur de l’école de bande dessinée l’Iconograf, fondateur du label Watch Digital Comics et du studio Cibo Games qui lancera prochainement son premier jeu, une fable politique à l’univers graphique particulièrement soigné. Animée par Jean Zeid, la rencontre a permis au public de découvrir les processus à l’œuvre et les contraintes inhérentes à l’écriture pour le jeu vidéo et d’échanger avec les auteurs. Les débats ont été filmés et sont disponibles à la consultation sur la Web TV de la Bpi, ici.
  • Des ateliers : pour comprendre comment sont faits les jeux vidéos rien de tel que de mettre soi-même la main à la pâte et de créer. Huit ateliers ont ainsi pu être proposés aux participants qui ont pu s’essayer à l’écriture de fictions interactives, au Game design, au stop motion ou encore à la création de jeux vidéo en réalité augmentée.
 
  • Des expériences inédites : afin de montrer la richesse créative de cette industrie culturelle et ses ramifications dans d’autres domaines comme les arts et les sciences, deux expériences ont été proposées au public :
    • La « Machine à être un autre », un dispositif expérimental créé par le collectif d’artistes-chercheurs BeAnotherLab et permettant, grâce à la réalité virtuelle,  de plonger ceux qui l’utilisent dans la peau d’une autre personne. Deux versions ont pu être testées durant 4 jours : le Body Swap (échange corporel), qui permet à deux personnes qui utilisent simultanément la machine de se retrouver chacune dans le corps de l’autre, et Au-delà des langages, qui permet de se mettre dans la peau d’un narrateur dont le récit a été préalablement filmé. Trois films en 235° ont été spécialement réalisés à la Bpi, racontant le parcours de trois participants aux ateliers de Français langue étrangère de l’établissement. Cette animation, qui a touché 172 participants, a permis de montrer comment des technologies habituellement associées au jeu vidéo (oculus rift) peuvent contribuer à la diffusion de valeurs chères à la Bpi : l’empathie, la tolérance, le rapport à l’autre, la lutte contre les discriminations, l’interrogation sur son identité. Cela a été aussi l'occasion de lier une activité ludique à une expérience scientifique.
    • Le public a également pu tester durant deux après-midis les jeux grand format proposés par le collectif Alinéaire, Coin-coin contre Minou et Super. Ces installations artistiques proposent une interprétation inédite et ludique des interfaces homme-machine et promeuvent un autre regard sur le jeu vidéo.
 
  • Un défi, la Game jam de Press start : enfin, Press start a intégré cette année une pratique courante dans le monde des gamers, la réalisation d’une game jam. Une game jam est un événement au cours duquel les participants, réunis en équipe, doivent créer un jeu en temps limité. La thématique de la Game Jam est dévoilé à l’ouverture de l’événement qui s’achève avec la présentation des jeux réalisés par les équipes mobilisées. Du vendredi 28 octobre 18h au dimanche 30 octobre 18h, 15 participants ont ainsi été hébergés à la Bpi pour créer 3 jeux sur le thème de la trahison des images. Les membres de l’association APOIL (Association des Passionnés d’œuvres Interactives et Ludiques) ont assuré la formation et l’encadrement des participants. L’inclusion de cette pratique dans notre programmation visait à la fois à prolonger le travail de formation sur le jeu vidéo entrepris par Press Start – la Game Jam a été précédée de 5 ateliers thématiques de formation aux différentes compétences nécessaires à la création d’un jeu vidéo (principes généraux, game design, graphisme, sound design et programmation) et à permettre à notre public d’exercer et de démontrer son talent. Les jeux créés durant la Game Jam seront présentés au public de la Bpi au cours d’une animation spécifique (un « mercredi du jeu vidéo ») en début d’année 2017. 
Game Jam de Press Start

Au total, Press Start a reçu 600 participants, l’ensemble des événements programmés ont rencontré leur public et le service Nouvelle Génération prépare dès à présent l’ édition 2017, qui aura à nouveau lieu au mois d’octobre et viendra contribuer à sa manière à la célébration des 40 ans de la Bpi et du Centre Pompidou. 
 
Captcha value: