0   Comments

Panel d’actions innovantes de la Bpi

Invitée au séminaire annuel des instituts français d’Allemagne, du 24 au 25 septembre 2019 à Stuttgart, la Bpi a présenté un panel de médiations innovantes et reproductibles en direction des publics adolescents et jeunes adultes.
Ces actions de médiation s’ancrent dans les pratiques sociales et culturelles des adolescents et des jeunes adultes. Elles intègrent la diversité des médias à l’ère du numérique, et visent à créer des espaces communs d’échange et de dialogue, à la fois physiques et virtuels.
 
Toute l’offre de la Bpi est gratuite et co-construite avec ses partenaires.

Les ateliers Info/intox

Dans un environnement de prolifération et de circulation rapide de l’information, les ateliers Info/intox proposent aux collégiens d’acquérir les compétences nécessaires à l’évaluation critique de l’information : décrypter les médias, aiguiser son sens critique face à l’actualité et repérer l’information fiable.
 
Lors d’un atelier de fact-checking, les élèves doivent démêler le vrai du faux en se servant d’Internet, des réseaux sociaux et de la presse en ligne. La Bpi met à disposition ses postes informatiques, ses ressources numériques et une fiche de recherche encadrée. Les élèves planchent sur des sujets aussi divers que Les filles sont moins douées pour les sciences que les garçons, Les Américains n’ont pas marché sur la Lune ou La reine d’Angleterre n’a jamais démenti être un reptilien. Ils exposent ensuite leurs conclusions devant l’ensemble de la classe.
 
Ces ateliers permettent aux adolescents de repérer, d’extraire et de synthétiser l’information pertinente. En valorisant les compétences des bibliothécaires en matière de recherche et d’évaluation de l’information, ils affirment également la dimension symbolique de « lieu de savoir » de la bibliothèque.
élèves consultant une carte des médias français
Ateliers Info/intox à la Bpi © Bpi
Consulter la fiche pratique des ateliers Info/intox.

Les ateliers Autofiction et photographie

À un âge où l’on se raconte quotidiennement via les réseaux sociaux, les stories ou les selfies, les ateliers d’écriture Autofiction et photographie proposent aux adolescents d’appréhender la notion d’autofiction par la pratique artistique.
 
Lors de deux sessions, les élèves sont amenés à construire un récit qui les raconte personnellement, en faisant dialoguer textes et images. Ils sont accompagnés par une photographe professionnelle, qui les guide dans la séquence de prise de vue (avec leurs téléphones portables), à l’intérieur et à l’extérieur de la bibliothèque. Après avoir choisi ensemble une dizaine de clichés, les élèves fabriquent chacun un carnet à partir de leur propre matériau, qui témoigne d’un moment de vie singulier.
 
Ces ateliers sensibilisent concrètement les adolescents aux enjeux du récit de soi. En matérialisant leur histoire, ils évaluent le sens et la valeur narrative des images. Collectivement, ils apprennent à se raconter intimement et à entendre le récit des autres.
élève fabriquant son carnet autobiographique
Ateliers Autofiction et photographie : l’art de se (la) raconter © Marina Zborowski
Consulter la fiche pratique des ateliers Autofiction et photographie.

La bibliothèque des livres vivants

Né en Europe du nord, le concept de bibliothèque vivante vise à créer un espace de dialogue et d’interaction pour lutter contre les préjugés et renforcer la cohésion sociale. Comme dans une bibliothèque traditionnelle, les lecteurs peuvent venir emprunter des livres, à la différence que les « livres » sont des personnes !
 
La bibliothèque de livres vivants est constituée de trois espaces : un espace d’accueil, un espace d’attente, un espace d’entretien ouvert. Les emprunteurs-lecteurs empruntent des personnes « livres vivants » pour une durée de vingt minutes. Les rencontres se déroulent dans un espace commun, où des fauteuils sont installés par paires, propice à la discussion en tête-à-tête. En fonction des thématiques, chaque « livre vivant » raconte un témoignage de vie, une expérience professionnelle ou un engagement militant.
 
Cette action est souvent perçue comme étonnante ou déstabilisante par les usagers. Une fois la découverte réalisée, les réactions sont globalement très positives, notamment au niveau du dialogue inattendu et bienveillant que le dispositif instaure.



Consulter la fiche pratique sur la bibliothèque vivante.

Les mercredis du jeu vidéo

La Bpi possède un Salon Jeux vidéo, qui met à la disposition du public des consoles de jeux en accès libre (PS4, PS3, Vita, Wii U, Switch, Xbox 360 et Xbox One) avec une sélection de jeux vidéo régulièrement renouvelée.
 
Un mercredi par mois, les bibliothécaires organisent des après-midis thématiques ouverts à tous types de joueurs, qu’ils soient débutants ou confirmés. Ces animations intègrent des classiques du genre (point’n click, jeux de rythme…), des grands succès du domaine (FIFA, Fortnite), des pratiques innovantes (jeux en réalité virtuelle). Il s’agit de montrer la richesse des mondes ludiques, de valoriser la diversité des collections de la bibliothèque et de partager un moment convivial avec les usagers.
 
Ces sessions encadrées permettent de toucher les habitués et les nouveaux venus, qui pourront être accompagnés dans la prise en mains des manettes et la compréhension du jeu. Le choix des jeux et des thématiques est primordial pour installer de la mixité dans l’utilisation des espaces.
adolescents jouant à fortnite dans le salon jeux vidéo
Salon Jeux vidéo au niveau 1 de la Bpi © Bpi
Consulter la programmation des mercredis du jeu vidéo.

Bookstagram, fédérer une communauté littéraire en ligne

Lancées en septembre 2016, les identités numériques de la Bpi visent à développer la présence active de la bibliothèque sur les médias sociaux. Consacrée à la littérature, l’identité Tu vas voir ce que tu vas lire se déploie à la fois sur Facebook (septembre 2016) et Instagram (janvier 2018). Les bibliothécaires proposent des ressources et des recommandations de lectures au quotidien.
 
Les hashtags #Bookstagram, #Instabook ou #Instalivre désignent la communauté littéraire d’Instagram. Bookstagram allie ainsi photographie et littérature : il s’agit de partager ses lectures à travers des images, en mettant en scène l’objet livre, accompagné d’un contenu critique. La page thématique de la Bpi s’inscrit dans cette communauté active de lecteurs sans frontières.
Parallèlement, les bibliothécaires proposent régulièrement des sessions de recommandations en direct sur les applications Facebook et Instagram, avec le hashtag #LectureSurMesure.
 
L’identité Tu vas voir ce que tu vas lire fédère aujourd’hui une solide communauté de lecteurs, active et engagée. En se positionnant sur les médias sociaux, la Bpi affirme son rôle de médiateur numérique des savoirs, au service d’une nouvelle génération de lecteurs, qu’ils soient usagers ou non-usagers des bibliothèques.
posts instagram de recommandations littéraires
Consulter l'article sur les identités numériques de la Bpi.
Consulter l'article sur le dispositif #LectureSurMesure.


Vous pouvez consulter et télécharger l’intervention complète sur le compte SlideShare de la Bpi.
 
Captcha value: