0   Comments

Retour du congrès de l’IFLA 2019 : le professeur-documentaliste et l’éducation à la sexualité

Dans le cadre du congrès de l’IFLA, deux étudiantes de l’Enssib ont présenté leur projet de recherche sur le rôle du professeur-documentaliste dans l’éducation à la sexualité des collégiens et lycéens en France.
 


 

Ce projet, initié dans le cadre de leur Master 1 Sciences de l’information et des bibliothèques, consistait à mener une étude de terrain sur un sujet libre, qu’elles ont choisi de relier au thème annuel de l’IFLA Libraries : Dialogue for change.

Fanny Mille et Marlène Racault se sont basées sur plusieurs événements de 2018 reliés à la thématique de la sexualité des adolescents : la proposition d’abaissement de l’âge du consentement sexuel et les diverses publications de littérature jeunesse qui ont alors fait polémique (Petit Paul de Bastien Vivès ou On a chopé la puberté de Séverine Clochard). Ce qui les a menées à s’interroger sur le rôle de l’école dans l’éducation à la sexualité des adolescents. Un questionnement s’est alors imposé : comment le professeur-documentaliste s’inscrit-il dans cette éducation ?

Riche de son double statut, le professeur-documentaliste est un éducateur autant qu’il est un professionnel de la documentation. Ses missions  ̶  dispenser une éducation aux médias et accompagner les élèves vers des informations fiables  ̶  semblent faire de lui un candidat tout trouvé pour participer à l’éducation à la sexualité des adolescents. En outre, une loi de 2001, suivie d’une circulaire de 2003, inscrit trois séances annuelles en collèges et lycées pour aborder les différentes thématiques liées à la sexualité. Cependant, le professeur-documentaliste n’est nullement mentionné dans ces textes.

Dans le cadre de leur recherche, les étudiantes sont allées à la rencontre de cinq professeurs-documentalistes en poste et de deux étudiantes en Master MEEF (Métiers de l’enseignement, de l'éducation et de la formation), parcours documentation. L’objectif était de connaître l’implication de l’école et de l’équipe pédagogique dans cet enseignement particulier, de découvrir les actions mises en place par le professeur-documentaliste et les ressources documentaires proposées au CDI. Les résultats ont été plutôt hétérogènes, les pratiques dépendant essentiellement de l’intérêt du professeur-documentaliste et de sa direction.
 
Poster présenté pendant le congrès de l'IFLA.
Lors des entretiens, différentes situations ont été observées : seulement la moitié des répondants semblaient sensibles au sujet de l’éducation à la sexualité. Une des professeure-documentaliste en lycée avait organisé une table thématique dédiée et suivait également des formations complémentaires. Tout comme une seconde qui disposait d’heures avec les classes de son collège pour donner des cours sur le sujet, accompagnée d’autres professeurs. À l’inverse, d’autres professeurs-documentalistes ont paru moins concernés. Un premier n’était pas informé de l’existence des formations qu’il pourrait suivre et un autre a confessé ne pas souhaiter traiter de ce sujet avec ses élèves, par manque de temps.

Malgré des résultats restreints, cette étude a permis de mettre en évidence une thématique plus générale : la place du bibliothécaire dans l’éducation à la sexualité. En effet, en tant que médiatrices de l’information, les bibliothèques sont légitimes à aborder les sujets de société et à compléter le rôle de l’Éducation nationale. L’éducation aux médias, et plus particulièrement à Internet, aide à mieux faire comprendre l’afflux de contenus à caractère sexuel, qui peut être mieux appréhendé par les adolescents et les conduire vers une vision plus réaliste  ̶ voire critique  ̶ de l’information consultée. De plus, la bibliothèque étant un lieu d’échanges citoyen, elle peut représenter un cadre moins formel et favoriser le dialogue.

Afin d’interpeller les professionnels de l’information-documentation à l’international, le sujet a été soumis à l’IFLA et présenté sous la forme d’un poster lors du congrès 2019 à Athènes. Présenté sous forme de schémas, le poster a suscité de nombreuses interrogations ainsi qu’une majorité de réactions positives. Les étudiantes ont alors pu échanger avec des professionnels du monde entier pour en apprendre davantage sur leurs impressions et leurs pratiques en fonction de leurs postes et de leurs nationalités.
 
Ce sujet, toujours d’actualité, mériterait sans doute une recherche plus approfondie qui illustrerait davantage les pratiques, permettrait d’envisager des pistes d’amélioration de l’éducation à la sexualité en France et d’étudier plus précisément le rôle que peuvent jouer bibliothèques et CDI.
Captcha value: