Les publics potentiels de la Bibliothèque publique d’information

Enquête sur les publics potentiels de la Bibliothèque Publique d’Information

L’objectif fondamental du projet d’établissement de la Bpi est de diversifier les publics de la bibliothèque.
Sachant que les étudiants représentent 65% des usagers et qu’ils tendent à n’utiliser la bibliothèque que dans le cadre de leurs études – et donc à la délaisser une fois entrés dans la vie active –, l’enquête confiée à la société Qualeïa cherchait, d’une part, à mettre au jour les attentes de publics peu représentés dans la bibliothèque (actifs et seniors) ; d’autre part à identifier les demandes latentes des publics jeunes dans le domaine des loisirs culturels, en dehors de leurs besoins scolaires ou universitaires.
© Centre Pompidou/ H. VERONESE
Entrée de la Bpi
Elle visait par ailleurs à mieux connaître les obstacles, matériels ou symboliques, qui s’opposent à la fréquentation de la bibliothèque et à enregistrer une première réaction d’usagers potentiels au projet d’établissement. Qualeïa a proposé un dispositif original, associant interrogation en ligne via un blog et focus groups constitués de non usagers ou d’ex-usagers de la Bpi.
La première phase, centrée sur les actifs et les seniors, a montré que les seniors ne remettent pas en question le format actuel de la bibliothèque et sont plutôt en attente d’accompagnement de leur démarche. Les actifs, pour leur part, souhaitent que la bibliothèque soit génératrice de méthodes nouvelles plutôt que de contenu, l’objectif étant pour eux de créer ce contenu par eux-même, en fonction de leurs goûts ou leur vie au quotidien. Le volet auto-formation du projet d’établissement a ainsi particulièrement retenu leur attention, de même que l’espace Nouvelle génération, perçu comme un alibi familial, permettant d’initier les jeunes à des pratiques culturelles créatives, ludiques et participatives.
La deuxième phase de l’enquête était consacrée au public naturel de cet espace Nouvelle génération, à savoir la tranche d’âge 13-25 ans. Deux focus groups supplémentaires ont été organisés, réunissant l’un des adolescents, l’autre de jeunes adultes. L’étude confirme la difficulté à définir une offre susceptible d’attirer les adolescents ; les jeunes interrogés étaient néanmoins eux aussi séduits par des propositions permettant l’acquisition de savoir-faire. En revanche, les 18-24 ans apparaissent comme le coeur de cible d’un espace que l’étude crédite d’un fort potentiel de succès, à condition de baliser les orientations du projet et les conditions de sa réalisation.
 

Liens

  • Pour accéder à l'étude dans son intégralité, cliquez ici.
Captcha value: