Les publics étudiants en 1ère année de médecine

Les publics étudiants de la Bibliothèque publique d’information.  Troisième partie : les étudiants en 1ère année de médecine et la Bpi

Les étudiants de médecine représentent une catégorie importante de la composition des publics estudiantins à la Bpi, plus particulièrement les élèves de première année  qui s’attardent plus longuement le soir pour étudier. 
Image bilbiothèque
© Régis Rouet, Bpi. 
Espace Sciences et Techniques de la Bpi



Ici, on s’intéresse à leurs pratiques : comment travaillent-ils ? Où ? En bibliothèques universitaires, de médecine, municipales ? Que recherchent-ils avant tout, du calme ou des salles de travail ? Viennent-ils seuls ou à plusieurs ? Autant de questions sur lesquelles cette étude se penche en utilisant différents dispositifs d’enquête : e-mails, questionnaires, rencontres et discours.


 



 

En un clin d'oeil 

Objectif de l’étude : il s’agit de savoir pourquoi les étudiants se rendent en bibliothèque et de comprendre ce qui les pousse à « vivre en bibliothèque ». Les étudiants de première année de médecine sont tout particulièrement ciblés.
 
Rappel des données quantitatives disponibles :
  • En novembre 2003, les étudiants en médecine étudiant à la Bpi correspondaient environ à 4.5% des usagers, tandis qu’en novembre 2009, les étudiants en médecine correspondent à 13% du public. D’ailleurs, 75% des étudiants viennent à la Bpi plusieurs fois par semaine.
  •  35% des étudiants de médecine viennent pour retrouver des amis et travailler en groupe. Bibliothèque nationale de France (BnF). Rapport d’activité 2008 .
  • La consultation des monographies classées en « Sciences, Techniques et Santé » légèrement à la baisse depuis 2005 (- 1,8 points), mais représente tout de même 16,9% de l’ensemble des consultations de monographies. Bpi, Semaine-Test 2008
  • En 2009 il y a plus d’étudiants inscrits en filière santé (11%) qu’en filière scientifique (10%). Données statistiques communiquées par la direction de la bibliothèque Sainte-Geneviève (bSG) :
  • 85% des étudiants préfèrent travailler chez eux, mais 67% le font en bibliothèque. 81% des étudiants de médecine de première année travaillent en bibliothèque. Enquête sur les usagers, les usages et les attentes des usagers des bibliothèques médicales de l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC). (janvier 2010).
  • Le poids des formations scientifiques diminue depuis 2000 : entre 2000 et 2003, ces formations ont perdu un point. Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR). Repères et références statistiques – édition 2009 [RERS 2009].
  • Les filières scientifiques verront augmenter leur nombre d’étudiants de 24.7% entre 2008 et 2017. Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR). « Prévisions des effectifs dans l’enseignement supérieur pour les rentrées de 2008 à 2017 ». Note d’information, n°08.32, novembre 2008.
  • Deux fois plus d’étudiants s’orientent vers les formations scientifiques depuis 2010 (+6.7% contre +3.3% pour les autres filières) notamment à cause de l’intégration des concours de sage femme et d’odontologie dans ceux du corps médical.
  • Analyse des fréquentations des bibliothèques médicales : 15 % des étudiants en médecine fréquentent la bibliothèque interuniversitaire de santé (BIUM), 25 % fréquentent la bibliothèque Sainte-Barbe et 60 % des étudiants en médecine fréquentent la bibliothèque Sainte-Geneviève (bSG). Site des Bibliothèques inter-universitaire de médecine (BIUM), dans l’Annuaire des bibliothèques médicales
Méthodologie :
  • Analyse de la fréquentation des bibliothèques par les étudiants de médecine selon leur niveau d’étude : PCEM1, prépa, Bac +2, Bac +4, etc.
  • Analyse des pratiques d’étude des étudiants en médecine, et notamment en 1ère année.
  • Entretiens réalisés avec des étudiants de médecine à la Bpi par le service Etudes et Recherche entre mars et mai 2010 (questionnaire, e-mails, entretiens), et sur internet via des forums de discussion, des sites Internet et des blogs.
Principaux résultats :
  • Les étudiants inscrits en médecine sont plus nombreux que le nombre de places au concours : une place pour cinq étudiants seulement en 2009 (soit 2069 places pour 9821 étudiants selon le numerus clausus). Les étudiants préfèrent la Bpi pour son atmosphère de travail, mais les étudiants de médecine de la Bpi sont majoritairement des étudiants de première année, la deuxième année nécessitant moins de travail.
  • Les étudiants préfèrent la Bpi pour son atmosphère de travail : les étudiants de médecine de la Bpi sont majoritairement des étudiants de première année, la deuxième année nécessitant moins de travail.
  • Les étudiants en médecine utilisent très peu les ressources de la Bpi car ils possèdent déjà leurs propres documents. La bibliothèque est fréquentée pour son calme et son atmosphère studieuse. Les étudiants ne comprennent pas véritablement l’action du bibliothécaire, parfois trop présent à leur sens.
  • Les étudiants en médecine considèrent la bibliothèque comme une maison, un lieu de paix, où ils peuvent travailler : la première année de médecine étant très intense, elle nécessite un travail laborieux, ce qui explique la grande fréquentation de cette catégorie d’étudiants en bibliothèque.
  • Les étudiants en médecine ont une large préférence pour les bibliothèques dites « nocturnes », qui ferment tard, comme la Bpi (fermeture à 22h) ; beaucoup regrettent que cette mesure ne soit pas étendue à plus de bibliothèques (universitaires ou municipales)


Liens 

  • Pour accéder à l'étude dans son intégralité, cliquez ici
  • Pour accéder à la Partie I de l'étude sur les pratiques des publics étudiants, cliquez ici
  • Pour accéder à la Partie II de l'étude sur les publics étudiants et les réseaux sociaux, cliquez ici
Captcha value: