Les jeunes usagers de la Bpi et le MNAM

À la demande de l’Observatoire des publics du Centre Pompidou, le service Etudes et recherche a organisé trois focus groups, afin de contribuer à la réflexion en cours sur l’accueil des jeunes au sein du Centre Pompidou. Il s’agissait d’identifier, chez les jeunes usagers de la Bpi, les freins à la fréquentation des autres départements du Centre.
 
 
CC BY-ND 2.0 Muséum de Toulouse (Flickr)
On sait en effet que le public de la Bpi se caractérise par sa jeunesse : 57% des usagers de la bibliothèque ont moins de 25 ans alors que 21% des visiteurs des autres départements sont dans ce cas. On sait également que les usagers de la Bpi sont relativement peu enclins à fréquenter les autres départements : seuls 30% d’entre eux déclarent avoir visité une exposition du Centre au cours des 12 derniers mois et 26% le MNAM. Par ailleurs,  6% d’entre eux seulement sont adhérents au Centre Pompidou (données novembre 2009).
 
Au terme de l’enquête, il apparaît que les principaux freins sont le prix du billet et le rapport investissement (en temps et en argent) / bénéfices escomptés. A cela s’ajoute souvent un sentiment d’incompétence devant les œuvres d’art qui, tant qu’il n’est pas levé, fait obstacle au plaisir de la visite. La proposition de visite guidée intégrée dans le protocole d’enquête a visiblement répondu à un besoin d’accompagnement, perçu par certains comme primordial.
 
L’enquête confirme par ailleurs un déficit de communication sur les collections permanentes du MNAM, déjà identifié par l’enquête de notoriété conduite par l’Institut Médiamétrie en 2005.




En un clin d'oeil

Objectif de l'étude

  • Participation à la réflexion en cours sur les freins à la fréquentation des autres départements du Centre Pompidou chez les jeunes usagers de la Bpi. 

Rappel des données quantititives disponibles (2006)
  • 60% des usagers de la Bpi ont moins de 25 ans, 24% des visiteurs des autres départements sont dans ce cas ;
  • 45 % des usagers de la Bpi âgés de moins de 25 ans déclarent avoir visité une exposition du Centre au cours des 12 derniers mois et 30% le MNAM (Musée National d'Art Moderne). 10% sont adhérents au Centre Pompidou.

Méthode
  • 3 "focus groups" ont été organisés en novembre, réunissant des usagers de la Bpi âges de moins de 26 ans. Ces jeunes avaient été recrutés par une annonce sonore dans la bibliothèque. Ils ont bénéficié d'une visite gratuite guidée du MNAM en préalable aux entretiens.

Principaux résultats
  • Le protocole de recrutement a sélectionné majoritairement deux types de profils : d'une part des jeunes (souvent des étrangers) qui connaissent déjà le MNAM mais qui ont saisi l'opportunité d'un accès gratuit au musée; d'autre part et surtout des étudiants pour la plupart d'entre eux en filières d'excellence, appartenant visiblement à un milieu plutôt défavorisé, sensibles eux aussi à la gratuité de l'accès mais principalement motivés par la proposition de conférence. POur ceux-ci, il s'agissait le plus souvent d'une première visite : il semble donc qu'il y ait une marge de progression auprès de ce type de public.
  • Au terme de l'enquête, il apparaît que chez ces jeunes a priori susceptibles de fréquenter le MNAM les obstacles les plus souvent mis en avant sont le prix su billet et le rapport investissement (en temps et en argent) / bénéfices escomptés. A celà s'ajoute pour certains - et c'est plus étonnant, s'agissant d'étudiants en classes préparatoires, grandes écoles, médecine... - un sentiment d'incompétence devant les oeuvres d'art qui, tant qu'il n'est pas levé, les prive du bénéfice de la visite.
  • L'enquête confirme par ailleurs un déficit de communication sur les collections permanentes du MNAM, déjà identifié par l'enquête de notoriété conduite par l'Institut Médiamétrie en 2005. Le laisser passer tarif jeune était générallement ignoré.
  • La proposition de visite guidée a visiblement répondu à un besoin d'accompagnement, perçu par certains comme primordial. Le créneau horaire et la durée de visite (1 h), qui autorisait un "break" entre deux plages laborieuses ont été également appréciés.
Captcha value: