0   Comments

Le livre numérique en France : enfin prêt au décollage ?

Animée par la secrétaire générale du labo de l’édition, la table ronde a réaffirmé les grandes tendances du marché du livre numérique en France :
 
  • Retard par rapport aux USA et à la GB avec 1% seulement du CA de l’édition française pour 2011.
  • Tensions entre les acteurs, et déséquilibres entre les fournisseurs d’accès et de contenus.
  • Frilosité des éditeurs qui peinent à trouver des modèles économiques et restent tentés par les DRM
 
Des questions intéressant de près les bibliothèques n’ont pas été abordées : la définition du livre numérique, les usages, le marché du B to B.
 
Pas de grandes nouveautés donc pour cette table ronde à l’issue de laquelle était présentée la liseuse Androïd, Nexus 7, lancée par Google cet été dans le monde.
 
A noter que Google book est partenaire du labo de l’édition. 
Philippe Colombet, directeur Google Livres France
Alix Esménard, Directeur du développement numérique aux éditions Albin Michel
David Meulemans, fondateur des éditions Aux Forges de Vulcain qui développent le logiciel d’écriture Egeon au labo de l’édition
Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris chargé de l’innovation, de la recherche et des universités ; enseignant au CNAM en Economie et gestion des industries numériques et des nouveaux médias.
Modération : Virginie Rouxel, déléguée générale du labo de l’édition.
 

Constantes de transition ?

 
Virginie Rouxel (VR), Labo de l’édition
 
Le livre numérique représente 1% du CA de l’édition française contre 15 à 20% pour les USA. Les projections 2015 pour l’Europe, seraient de 13% en volume et 15% en valeur.
 
C’est l’innovation technologique avec l’apparition de tablettes attractives qui a permis le décollage du marché. 1.5 million de tablettes ont été vendues en 2011. Atteindra-t-on les 3 millions en 2012 ?
 
Jean-Louis Missika (JLM), adjoint au maire de Paris
 
JLM repositionne le développement du livre numérique dans le contexte plus général du passage au numérique des contenus culturels (musique, cinéma, presse). Le cinéma, la presse et le livre n’ont pas tiré profit des leçons du 1er secteur concerné par la numérisation, la musique. Les mêmes tendances se répètent : résistance au changement, judiciarisation de la relation entre les acteurs, tentation de ne pas changer de modèle économique, sentiment de perte de valeur sur le web (les recettes publicitaires sur le web sont 4 fois moins importantes que pour l’imprimé).
 
Il existe un grand déséquilibre entre les fournisseurs d’accès qui sont des acteurs internationaux et les producteurs de contenus qui sont des acteurs nationaux (au mieux européens). D’où la demande d’intervention du régulateur.
Le piratage du livre numérique est encouragé par la pénurie de l’offre et les coûts. Les coûts de production entre le papier et le numérique sont différents, mais ils sont répercutés sur le prix d’achat.
 
Alix Esménard (AE), Ed. Albin Michel
 
Albin Michel avait participé à l’expérience du premier ebook avec Cytale en 2000.
L’éditeur n’est pas un imprimeur : il assure la diffusion et la distribution des livres.
 
AE présente les avantages et les inconvénients du numérique du point de vue d’un éditeur. Les marges sont meilleures avec le numérique, mais le marché insuffisant pour rentabiliser l’édition d’un ouvrage sur le numérique uniquement.
En octobre 2012, Albin Michel sort au format numérique pour Kindle la collection Jeronimo Stilton. Coûts de la conversion pour l’éditeur : 25 000 € pour 400 exemplaires.
 
Les DRM sont faites pour empêcher le piratage  social. Ajoute que les DRM sont une réponse face à la multiplicité de  plates-formes (Google, Amazon, Fnac, Apple, etc.) qui ne sont pas interopérables. S’il existait une autre solution pour y répondre que les DRM, serait contre.
 
Philippe Colombet, Google Livres France
 
Le décollage du livre électronique aux USA et en GB est très récent. Il a été déclenché grâce à l’engouement pour les matériels et à la richesse des catalogues. Deux conditions sont nécessaires au développement du livre numérique : des liseuses attractives et un catalogue d’un moins 100 000 titres. Il y a 70 000 titres disponibles en France au format PDF ou ePub. 15% des français sont équipés de tablettes.
 
Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris
 
Les modèles d’innovation sont connus : on parle de technologie de masse quand plus de 50% de la population est équipée. En 2012 en GB, Amazon a vendu plus d’ebooks que de livres imprimés. La France suivra (en 2013, 2017 ?).
 
 

Captation du marché par Google et les autres opérateurs ?

 
 
Philippe Colombet, Google Livres France
 
Il faut placer des repères par le positionnement des prix pour empêcher le piratage social.
Google ne cherche pas à tout faire passer par un même appareil. L’écosystème applicatif doit être ouvert à différents appareils. Google lance la tablette Nexus 7 (7 pouces). Mais Google Play est compatible avec les autres tablettes. 
 
 
 
 

La loi sur les brevets de logiciel est-elle un frein au développement des ebooks ?

 
Les stratégies sont très typées (Apple : intégration verticale ; Google plus ouvert avec Androïd). Qui gagnera, les systèmes ouverts ou fermés ?
 
Philippe Colombet, Google Livres France
 
La bataille se mènera sur le terrain des systèmes d’exploitation et des brevets.
 
Davis Meulemans, Ed. Aux forges de Vulcain
 
Quels sont les outils numériques qui manquent ? Il faut partir des besoins des lecteurs, et reconstruire la chaîne du livre. Y faire entrer les deux oubliés actuels, l’auteur et le lecteur.
 
Une start up, de part sa structure plus légère, peut se tourner directement vers les usagers.
Il faut que les gens aient des dispositions en eux pour s’emparer des nouveautés. Pour anticiper les évolutions futures, il faut donc voir vingt ans en arrière ce qui a forgé les générations.
Les caractéristiques qui marquent la génération actuelle sont : la mobilité, le ludisme, la connectivité (richesse des réseaux).
 
Internet n’est pas un outil de diffusion mais de production. Ce qui explique la réussite de wikipédia.
 
La start up s’intéresse à une approche nouvelle, les communautés sociales d’écrivains (crowdsourcing). A développé le logiciel EGEON (Draft Quest) d’écriture créative.
 
 

Projection du marché papier par rapport au numérique ? Répartition ?

 
 
Davis Meulemans, Ed. Aux forges de Vulcain
 
Le numérique peut revaloriser l’usage du papier. Contrairement à la musique, il y a une complémentarité.
 
Alix Esménard, Ed. Albin Michel
 
Il ne faut pas se limiter à un seul marché. Projet d’Albin Michel pour 2013 d’une encyclopédie numérique sur le dialogue des mondes musulmans et juifs.
 
Exemple d’Arturo Peres Reverde qui publie sur le web toute la documentation dont il se sert pour écrire son roman historique. 
 
Captcha value: