0   Comments

Présenter les ressources numériques de la Bpi pour les personnes dys

Le 1er octobre 2019, la journée d'étude consacrée à l'accompagnement des personnes dys a été l'occasion de présenter les ressources numériques de la Bpi adaptées à ces publics.
©Stocklib/Vasily Merkushev
Cette journée a été l'occasion de présenter les ressources numériques de la Bpi autour de l'accompagnement des personnes dys, et notamment ses ressources accessibles à distance avec la présentation de quatre bases : Bibliovox, Izneo, Numerique Premium et Press Reader. Les visiteurs ont été invités à s'inscrire et à se créer un compte sur place pour bénéficier de cette offre.

Objectif de l'action :

  • Profiter d’une journée d’étude à la Bpi pour présenter ses ressources numériques à un nouveau public, non ou peu fréquentant de la bibliothèque (associations, famille, collègues venus de toute la France).

  • Faire un focus sur les plateformes en accès distant afin de faciliter leur appropriation.

  • Présenter les potentialités des ouvrages numériques pour les lecteurs dys : grossissement des caractères, lecture vocale…

  • Expérimenter la possibilité de réaliser des sélections par les bibliothécaires sur la plateforme Bibliovox autour de contenus construits pour les personnes Dys.

  • Faire un premier travail de formation auprès de collègues sur les potentialités de la plateforme.

  • Profiter de ce stand pour présenter les actions des autres collègues dans le réseau (CAREL, Ville de Paris).

 

Description de l'action :

Cette action de médiation s’est déroulée en parallèle de la journée d’étude nationale organisée par la Bpi le 1er octobre 2019 : « Une société inclusive pour les Dys ? Des droits pour tous ! ». Le stand s’est tenu lors de la pause déjeuner de 12h30 à 14h30 en continu. Six bibliothécaires ont animé ce stand durant les deux heures, permettant ainsi d’avoir toujours quatre bibliothécaires à demeure : leur fonction était de présenter la sélection réalisée autour des ressources numériques et d’aider les visiteurs intéressés à se créer un compte sur les différentes plateformes proposant un accès distant. Pour ce faire, plusieurs ordinateurs ont été utilisés.
Par ailleurs, le stand proposait à la distribution une bibliographie imprimée récapitulant la sélection effectuée sur Bibliovox mais de manière plus fine (classification par tranches d’âges, par types d’handicaps etc …) ainsi que des flyers, qui servaient d’aide-mémoire pour les lecteurs une fois rentrés chez eux.

 

Périodicité de l'action :

À l’occasion d’une journée d’étude, à dupliquer potentiellement sur un nouveau thème au fil des journées d’études accueillies par la Bpi.

Moyens : 

6 bibliothécaires sur deux heures, de façon à avoir toujours quatre personnes en permanence
8 postes d’ordinateur avec pré-ouverture des onglets utiles
Impression d’environ 60 flyers pour y inscrire ses codes et identifiants et rappeler les modes d’accès à ces plateformes
Impression d’environ 30 bibliographies récapitulant la sélection Bibliovox
 

Mise en œuvre :

  • Mise en relation avec le service en charge de la journée d’étude afin d’établir les objectifs du stand et choix des plateformes présentées.

  • Réalisation d’une sélection numérique sur la plateforme numérique Bibliovox.

  • Réalisation d’une bibliographie thématique reprenant les titres numériques.

  • Réalisation de flyers à distribuer le jour J.

  • Appel à volontaire pour l’animation du stand.

  • Formation d’une heure animée par la coordinatrice de la valorisation des ressources numériques.

  • Le jour J, annonce passée lors de la journée d’étude afin de présenter le stand de la Bpi.

 

Résultat et perspectives : 

Les points positifs 

Le stand a connu un grand succès, comme en témoignent les statistiques de la journée puisque la plateforme Bibliovox a enregistré 35 nouveaux inscrits. Il est donc absolument nécessaire d’être au moins 3 personnes à demeure, idéalement quatre, afin de pouvoir répondre à toutes les sollicitations.
Le public était varié avec notamment des parents d’enfants en difficulté, des bibliothécaires souhaitant mettre en place un fonds Facile à Lire ou DYS, des personnes dyslexiques parfois elles-mêmes professeures ou documentalistes et des personnes malvoyantes. Ces différents publics étaient notamment particulièrement intéressés par les sélections d’ouvrages à destination de la jeunesse, les ouvrages nativement adaptés et, enfin, par la possibilité de reproduire une telle initiative dans leur établissement.
Les flyers et les bibliographies ont été très utilisés.

Les points à améliorer 

Prévoir plus de jeux de bibliographies : conçus initialement comme des supports pour les bibliothécaires, ils ont été très réclamés par les lecteurs. 
Améliorer la formation des collègues au travail d’orientation bibliographique (la formation avait plutôt mis l’accent sur le côté technique) et penser à donner des points-clefs plus génériques pour pouvoir répondre à des questions d’ordre plus bibliothéconomiques (réseau Carel etc …)

Captcha value: