0   Comments

Nouvelles parutions 2015 en anglais

Une sélection de parutions récentes en anglais sur le cinéma documentaire : des études sur les réalisateurs britanniques John Grierson et Humphrey Jennings et sur deux films d'Albert et David Maysles, Salesman et Grey Gardens.
©Stocklibdmstudio
  • The Grierson effect, tracing documentary’s international movement, edited by Zoë Druick and Deane Williams, Palgrave Macmillan, 2014

The Grierson Effect est un recueil d’essais qui explore l’héritage de John Grierson (1898-1972), le "père du documentaire britannique" dont les idées ont circulé dans le monde à travers ses voyages et ses écrits. John Grierson a joué un rôle crucial dans le développement du courant documentaire britannique. Ses écrits sur le cinéma, l’éducation sont essentiels et ses missions pour le gouvernement britannique ont permis la création de sociétés de production et de distribution dans les pays du Commonwealth. Cet ouvrage explore l’impact des idées de John Grierson sur le documentaire et le cinéma éducatif dans un large contexte culturel et international, de la Russie et des Pays scandinaves au Canada, à l’Amérique latine, l’Afrique du Sud ou la Nouvelle-Zélande.

Lire l'article "Cinéaste ou propagandiste? John Grierson et "l'idée documentaire" par Caroline Zéau, dans la revue 1895, N°55, 2008 :
http://1895.revues.org/4104

Voir le film documentaire Monsieur John Grierson sur le site de l'Office National du film:
http://www.onf.ca/film/monsieur_john_grierson/

 
  • Humphrey Jennings : film-maker, painter, poet, edited by Marie-Louise Jennings. 2nd ed., London, BFI, 2014


Humphrey Jennings, l'un des plus grands réalisateurs de films documentaires britanniques est connu principalement pour trois courts-métrages de commande : Listen to Britain, Fires were started et A Diary for Timothy. Ces films lui ont valu le ttre de "seul poète du cinéma britannique" attribué par le critique et cinéaste Lindsay Anderson. Membre du GPO Film Unit, il était aussi écrivain, peintre, photographe et poète. Cet ouvrage de Marie-Louise Jennings retrace la carrière de son père en s'appuyant sur de nombreux documents provenant des archives familiales : lettres, articles, photographies et tableaux. Toutes les facettes de l'oeuvre de ce créateur touche-à-tout sont ainsi éclairées.

Lire un article sur Humphrey Jennings sur le blog d’Antoine de Baecque :
http://blogs.rue89.nouvelobs.com/prise-de-baecque/decouvrir-humphrey-jennings-poete-du-cinema-britannique



La collection BFI Film Classics, éditée par Palgrave Macmillan, propose des présentations approfondies des plus grands  films du cinéma mondial rédigés par des spécialistes renommés. Quelques films documentaires font l'objet de monographies dans cette collection; parmi elles deux études sur des films des frères Maysles. Albert Maysles (1926-2015) et son frère David (1931-1987), chefs de file du cinéma direct américain, ont réalisé des documentaires cultes dans les années 1960/70 : Salesman (1968), Gimme Shelter (1970), et Grey Gardens (1976).
  • Tyree, J.M. Salesman. Palgrave Macmillan, 2012. (BFI Film Classics)

Le film Salesman suit les aventures tragi-comiques de quatre représentants en bibles dans le Massachusetts, à Chicago et en Floride au cours de leur démarchage de porte-à-porte. Dans cette étude détaillée, J.M. Tyree situe le film dans son contexte historique et culturel, le mythe du rêve américain, à travers ces héros qui, au fil du film, en deviennent les premières victimes. Il aborde les diverses innovations techniques et artistiques du film, l'équipe légère, la proximité avec les personnages filmés qui donnent au spectateur l'impression d'être dans le film. L'ouvrage contient en annexe un entretien avec Albert Maysles.






 
  • Tinkcom, Matthew. Grey Gardens. Palgrave Macmillan, 2011. (BFI Film Classics)

Mrs Bouvier Beale et sa fille Edith Beale, la tante et la cousine de Jacqueline Kennedy Onassis, vivent depuis près de vingt ans dans une extrême pauvreté dans leur manoir laissé à l'abandon. Les frères Maysles font entrer leur caméra dans la vie quotidienne de ces deux femmes artistes qui se souviennent de leur vie d'autrefois, mondaine et aisée. Ils filment la relation mère-fille, leur excentricité. Matthew Tinkcom analyse le travail des cinéastes dont le film est un des premiers à associer au documentaire les conventions du film de fiction.

 
Captcha value: