2   Commentaires
Compte-rendu

« Faire faire, faire savoir » Médiations, expériences et connaissances scientifiques en bibliothèques : une première étape

La journée d'étude du jeudi 1er décembre 2016  a eu lieu à Toulouse, au Quai des Savoirs. Elle a été organisée par le Centre régional des Lettres Midi-Pyrénées, le Quai des Savoirs et Science animation.
Photographie de l'assistance
Journée d'étude du 1er décembre, Denis Cordazzo [cc-by-sa3.0]
Une centaine de participants étaient réunis dans ce nouveau lieu de diffusion de la culture scientifique et technique Le Quai des savoirs à Toulouse pour faire connaître et favoriser les convergences entre les acteurs de la lecture publique et de la culture scientifique et technique.
La matinée était proposée sous une forme classique de conférences et l’après-midi s'est structuré autour d’atelier.

 

Une Charte de la lecture publique favorable à la diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle

On retiendra de l’intervention de Magali Longour, directrice de la DCSTI (Direction de la culture scientifique et technique, Toulouse Métropole) l’annonce d’une Charte de la lecture publique pour la fin 2016. Cette charte, élaborée pendant un an par les élus des 37 communes, comprend 8 axes dont l’un concerne directement la CSTI (culture scientifique, technique et industrielle) :
Favoriser l'échange de compétences et le partage de savoirs entre habitants (particuliers, enfants, designers, entrepreneurs, bricoleurs), Toulouse Métropole en lien avec le Quai des Savoirs souhaite favoriser le développement de Fablabs dans ou avec les bibliothèques du territoire.
Un des premiers projets majeurs étant de construire une plateforme numérique des savoirs avec les bibliothèques publiques.


Actions et perspectives pour la CSTI

Sonia Zillhardt (Chargée de mission CSTI au ministère de la culture et de la communication) a brossé un panorama des actions publiques et privées autour de la CSTI ces dernières années. Elle a mentionné d’une part l’étude ministérielle Les représentations de la culture dans la population française (département études, prospectives et statistiques, septembre 2016) qui souligne que pour 77% des Français la science « fait culture » et, d’autre part, la revue Culture et Recherche  et sa livraison Sciences et techniques, une culture à partager (n° 132, automne/hiver 2015-2016).
Elle rappelle des actions effectuées, en cours ou à faire, et parmi elles :
  • Renforcer la participation des bibliothèques pour la Fête de la science 2017, après avoir fêté le 25e anniversaire de la manifestation par la réalisation et distribution gratuite du livre 25 découvertes pour les 25 ans de la fête de la science
  • Réaliser une cartographie des actions de diffusion
  • Réfléchir aux nouvelles attentes du public autour de « nouvelles expériences du type living lab
  • Travailler en co-construction entre les acteurs de la médiation et les publics
  • S’inspirer d’outils pédagogiques nouveaux comme les Moocs, à l’instar de celui réalisé par le Projekt InmediatsLes médiations culturelles et scientifiques à l’heure des réseaux sociaux.
  • S’intéresser aux propositions présentes sur les médias sociaux et les youtubeurs scientifiques
  • Suivre un projet d’action AMCSTI / ministère de la Culture et de la Communication à venir en 2017 : création d’une boîte à outils pour les acteurs culturels et scientifiques Science, culture, croyance.

Retours d'expériences 


Après avoir entendu Dominique Cartellier et Aude Inaudi (maîtres de conférence, Université Grenoble Alpes, GRESEC) co-auteures de l’étude La place des sciences en général et du livre en particulier au sein des bibliothèques invitant à : faire évoluer le modèle centré sur le livre, améliorer la connaissance des acteurs, favoriser les relations entre établissements culturels, consolider le cadre institutionnel (voir étude à droite de la page) deux bibliothèques publiques ont présenté leurs actions, les présentations se poursuivent avec deux acteurs directs de la lecture publique.
David-Jonathan Benrubi (Médiathèque d’agglomération de Cambrai, Nord) chef de projet du laboratoire  culturel de Cambrai présente des actions partenariales autour des sciences dans un territoire rural et peu fourni en bibliothèques publiques (voir la présentation à droite de la page) alors que Véronique Quebre-Sauzède (Médiathèque de Beaumont-de-Lomagne et Association Fermat Science) rapportait un travail d’animation scientifique porté à la fois par la commune et une association dans un lieu ayant abrité un scientifique renommé : le mathématicien Pierre Fermat (voir la présentation à droite de la page).
Catherine Desplas (association Délires d’encre, Labège, Haute-Garonne) quant à elle a développé l’action de l’association autour de la culture scientifique par les festivals Scientilivres et Terres d’ailleurs
Le dernier temps de la matinée a été offert aux espaces dits d’innovation.
Claude Farge (Universcience, Editions du transmédia et bibliothèque) présente un nouveau projet (voir l'étude à droite de la page)  de diffusion culturelle scientifique qui s’appuie sur l’empowerment (l’exemple des classes inversées), le travail avec les communautés d’intérêt, ceci dans une pratique de l’économie collaborative (stratégie Bottom – Up où la stratégie globale est conçue par rapport au produit de l’action des différentes entités). Le projet documentaire de la bibliothèque s’appuyant lui sur la triade : apprentissage / fabrique / partage. (voir la présentation à droite de la page)
Pascal Desfarges (Agence Retiss) constate qu’il faut prendre acte que nos sociétés sont passées d’un modèle de connaissances centralisé à un modèle distribué (p.ex. Facebook) qui s’inscrit dans un système sociotechnique dans lequel prédominent les nanotechnologies, les biotechnologies, les technologies de l’information et les sciences cognitives. La bibliothèque devient ainsi spéculative (co-construction des projets) et troisième ou du tiers lieu, celui du lien social qui substitue la théorie appliquée à la pratique réflexive. Le bibliothécaire s’approche alors davantage comme connecteur et facilitateur des savoirs et savoir-faire entre des lecteurs contributeurs. (voir la présentation à droite de la page)

Quatre ateliers
Illustration de Jan Günther
Laboratoire et bibliothèque comme lieu d'expérimentation par Jan Günther, Charlotte Hénard [cc-by-sa 3.0]

L'après-midi était consacré à des travaux classiques en atelier. Les modalités de leur restitution étaient moins convenues. Ainsi, des dessinateurs ont rendu compte de certains d’entre eux sous forme de strip imagés et de slams poétiques.
On citera pour mémoire les titres des quatre ateliers :

  • Sensibilisation à la médiation scientifique
  • Les laboratoires et l’expérimentation en bibliothèque
  • Perspectives pour valoriser la science en bibliothèque, l’action culturelle comme outil de médiation
  • BD et sciences : médiation scientifique par une pratique artistique


 

... Et des visites en conclusion

La journée très riche, peut-être trop fournie en interventions magistrales desservant le temps des questions avec l’auditoire, s’est conclue au choix sur une visite des bibliothèques du Museum d’histoire naturelle ou bien un parcours du Quai des savoirs, avion amiral (un avion Bréguet est fiché en sa façade rappelant l’activité toulousaine du constructeur) de la diffusion scientifique regroupant  les acteurs majeurs et offrant informations, formations, événements culturels et ingénierie partenariale.
 
 

 

Fusée au Quai des Savoirs
Quai des savoirs [cc-by-sa]

Bonjour, Merci pour l'attention que vous portez au site Bpi-Pro. La présentation de Claude Farge a été rétablie. Bonne lecture

Eléonore : 31/01/2017 15:46

Bonjour, La présentation de Claude Farge est manquante. Vous y avez mis un doublon de Pascal Desfarges. Merci.

Bib : 28/01/2017 17:55
Captcha: